Marie Frederiksen est une dirigeante de ‘Revolution’, l'organisation sœur danoise de Vonk/Révolution. Elle a publié un livre sur la vie et les idées de Rosa Luxemburg et a préfacé un autre ouvrage sur le ‘Marxisme et le féminisme’. Nous lui avons demandé son avis sur certaines des questions importantes, soulevée par la lutte contre l'oppression des femmes.

Les idées de Bernard Friot[1] ont un certain succès dans la gauche française, en particulier dans la jeunesse. Comment l’expliquer ? C’est très clair : ces idées s’annoncent comme une critique radicale du capitalisme et comme un projet de rupture avec ce système. De fait, Friot se déclare partisan du communisme.

 
 
 

Selon une étude de Kantar réalisée en septembre, 12 % des Belges interrogés ne se feront « sûrement pas » vacciner contre le Covid-19, 8 % ne le feront « probablement pas » et 27 % ne savent pas encore. Il est possible que cette méfiance diminue au fur et à mesure que la campagne avancera, du moins si elle se passe sans accrocs. Mais cette méfiance reste un fait massif.

Depuis le début de l’année, 17 féminicides (des meurtres de femmes parce qu’elles sont femmes) ont eu lieu en Belgique. Le dernier en date s’est produit le 24 octobre : une femme s’est fait poignarder en rue par son ex-mari. En 2019, ce chiffre s’élevait à 24, et en 2017 à 43[i]. Les agresseurs sont le plus souvent des (ex-) conjoints/partenaires des victimes. Mais ces féminicides ne sont que la partie émergée de l’iceberg qu’est le sexisme et ses conséquences, notamment les violences conjugales.

La crise du COVID-19 secoue le monde de manière radicale. La présence du  « monstre invisible » brise la routine quotidienne, redéfinit les habitudes et réorganise les priorités. Pendant le confinement, pour ceux qui ne travaillaient pas, la société tournait au ralenti. Beaucoup de travailleurs ont alors redécouvert quelque chose qu’ils avaient perdu depuis longtemps : le temps (libre).

Le mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis a remis à l’ordre du jour la question de la lutte contre le racisme. Comme une vague, les protestions se sont propagées à travers le monde. En Belgique, 20 000 personnes se sont levées contre le racisme, dont 10 000 à Bruxelles.

Des millions de foyers se replient sur eux-mêmes à cause du confinement. Vivre cette période entouré de ses proches permet sans doute à des millions de personnes de mieux traverser cette épreuve. Mais dans le même temps, le confinement exacerbe tous les maux pesant sur la famille ou le couple et engendre des situations dramatiques.

Sous-catégories

Notre revue

Rvolution 36 layout final page 001 

 

Facebook