La naissance du mouvement communiste remonte aux écrits de Karl Marx et à la publication du Manifeste du parti communiste en 1848. Ce texte a été écrit dans les rues d'Ixelles quand la classe ouvrière était encore dans les limbes et sans puissantes organisations. Mais à l'époque, Marx faisait preuve d'une extraordinaire clairvoyance en traçant la direction que le mouvement ouvrier allait prendre.

Les nouvelles règles budgétaires de l’Union européenne imposent à la Belgique d’économiser 27 milliards les sept prochaines années, soit près de quatre milliards par an. Le premier ministre De Croo ose après cela encore marteler : «qu’ il va falloir augmenter les budgets militaires, et parallèlement limiter les allocations de chômage dans le temps à deux ans ».

Après des semaines de discussion, le congrès national de Révolution/Vonk a décidé de se donner un nouveau nom : l'Organisation Communiste Révolutionnaire. Ce faisant, nous suivons la voie tracée par notre organisation internationale. En effet, au mois de juin, nous lancerons l'Internationale Communiste Révolutionnaire lors d'une réunion mondiale en Italie. Cependant, les titres de nos magazines restent Révolution et Vonk.

Lors des dernières élections législatives aux Pays-Bas, le démagogue d'extrême droite Geert Wilders a remporté une grande victoire. Avec 37 sièges, il est devenu le plus grand groupe du parlement néerlandais. Le plus grand parti de gauche est devenu la nouvelle combinaison GroenLinks-PvdA. Il arrive en deuxième position, avec 25 sièges (15,7 %), ce n'était pas le résultat escompté. Le SP, un parti plus à gauche qui semblait autrefois constituer une alternative valable, s'est étiolé (5 sièges, 3,2 %). En France, le Rassemblement National, anciennement le Front National est donné à plus de 30% dans les sondages. Pire encore, la loi migration votée par le parlement français est un calque du programme de Marine Le Pen! La montée de l'extrême droite est un phénomène international. Beaucoup craignent une victoire du Vlaams Belang lors de nos élections en juin prochain ou de Trump aux États-Unis.

L'année 2022 avait été annoncée comme celle du retour à la stabilité. Mais c'est une année où le tissu social est encore plus déchiré après la pandémie du COVID : les inégalités se creusent, la tempête inflationniste appauvrit massivement les classes populaires et moyennes, un malaise social général s'installe.

Vous vous souvenez comment l'année 2022 a commencé ? La pandémie semblait enfin reculer après une brève embellie en début d'année. L'économie s'était étonnamment bien redressée en 2021 et un certain nombre de pays, dont la Belgique, atteignait le même niveau qu'avant l'effondrement de 2020. Les plus optimistes prédisaient des « années folles », comme dans les années 20 du siècle passé. Une période de grande prospérité économique et de joie... Et qu'avons-nous obtenu ?

Samedi matin, 14 janvier, une ample majorité des coopérateurs de la banque NewB a décidé la cession des activités bancaires de la coopérative. Cela s’est fait à la banque commerciale flamande VDK. Cette décision clôture une décennie d'espoirs d'une partie du mouvement syndical ainsi que celui des coopératives qui espéraient construire une alternative éthique aux banques qui furent responsables de la crise économique de 2008.

L’inflation n’est plus sous contrôle. Comme un tourbillon, les prix de l'énergie rongent les revenus et les économies des ménages. La forte hausse des prix de l'énergie se répercute sur tous les biens et toutes les activités économiques. Il n'y a pas d'échappatoire. Il y a douze mois, les gouvernements tentent encore de nous apaiser : l'inflation sera de courte durée et limitée, affirmaient-ils. On s'attendait aussi à ce que la pandémie se transforme en un nouveau rebond économique durable.

L’augmentation du prix de l’énergie et l’inflation généralisée poussent les loyers des kots étudiants à la hausse. Les premiers effets se font déjà sentir: plusieurs étudiants néo louvanistes dont les charges ne sont pas comprises dans leurs loyers ont fait part sur les réseaux sociaux d’une augmentation de leurs charges, La VUB (une université bruxelloise néerlandophone) a augmenté la grille des loyers des logements étudiants qu’elle loue1 d’au moins 50€ … Et ceci, alors que la VUB a fait des marges bénéficiaires de plus de 10 millions en 2021 et de plus de 40 millions en 20202.

Caché derrière grandes puissances de l'OTAN on retrouve l'impérialisme belge. La classe dirigeante belge s'est longtemps présentée comme le plus fidèle serviteur d'une Union européenne plus forte et économiquement agressive. Ainsi, elle pense pouvoir accéder à des marchés qui seraient autrement inaccessibles.

Cher Camarades,

Le prochain numéro de REVOLUTION est celui de mai. Comme chaque année nous faisons appel à votre soutien financier et politique à notre mouvement. Les manifestations du 1er mai pourront enfin se poursuivre normalement ! Nous pensons pouvoir atteindre notre objectif de €14.000 pour notre Fonds de lutte d’ici le 1er mai avec un coup de pousse de nos sympathisants

Les prix de l'énergie montent en flèche. Ce n'est plus une nouvelle. Mais c'est quand même spectaculaire. À leur apogée, les prix de gros du gaz et de l'électricité étaient plus de quatre fois supérieurs à ceux de l'année précédente. Les conséquences sur nos factures d'énergie sont bien connues. Le journaliste de la VRT Luc Pauwels a calculé qu'une famille moyenne paie désormais 1 500 euros de plus par an.

Ces derniers jours, l'escalade de tensions dans le conflit qui oppose l'Ukraine et la Russie s'est intensifiée, entraînant la mobilisation des troupes de l'OTAN dans les pays d'Europe de l'Est. Dans ce sens, et dans une démonstration de la plus fidèle servilité envers l'impérialisme américain de la part de notre gouvernement, la ministre de La Défense Ludivine Dedonder a assuré que la Belgique serait un « allié solidaire » au sein de l'Otan dans le conflit en Ukraine.

Ces deux dernières années, les élèves et les enseignants ont été les victimes de la gestion catastrophique de la crise sanitaire dans les écoles. Que ce soit lors des cours en ligne ou en présentiel avec des masques et des salles de classe froides, l’impossible a été demandé aux élèves et aux enseignants.

La hausse des prix de l'énergie devient un véritable gouffre financier pour de nombreuses familles. La CREG, l'organisme de surveillance de l'énergie, a calculé qu'une famille moyenne ayant un contrat variable doit s'attendre à une facture annuelle de 2 800 euros. C'est 1800 euros de plus que l'année dernière. Les prix des denrées alimentaires dans les supermarchés vont également augmenter de 5 à 6 % en moyenne au début de cette année).

Courir derrière les faits et pointer du doigt certaines parties de la population, pour ensuite replonger dans des mesures de panique. C'est le résumé de deux années de la gestion politique corona du gouvernement. Elle découle de la volonté de maintenir la production et les profits capitalistes.

Que ce soit le Forem pour la Wallonie, Actiris pour Bruxelles ou VDAB en Flandre, les doctrines d'activation des chômeurs sont les mêmes partout en Belgique. Il s'agit toujours de participer à l'utopie méritocratique consistant à opposer le bon chômeur actif au mauvais chômeur fainéant, en construisant un imaginaire carriériste et entrepreneurial parmi les prolétaires et en les persuadant d'embrasser inconsciemment, mais totalement, l'idéalisme bourgeois dont le mode de production capitaliste est la base matérielle.

Créé ce printemps, il n’était destiné que pour quelques grands événements à la fin de l’été et devait se terminer le 30 septembre. Aujourd’hui, le Covid Save Ticket (CST) ou pass sanitaire est obligatoire pour fréquenter les salles de fêtes, de spectacles, de fitness ainsi que les restaurants. Il est aussi exigé pour les visiteurs des hôpitaux et des maisons de repos. Déjà d’application à Bruxelles depuis le 15 octobre, son usage est désormais étendu à la Belgique entière depuis ce 1er novembre.

Les intempéries de cet été ont entraîné des inondations de grande ampleur, comme la Belgique n’en a jamais connu. C’est surtout le sud du pays, Liège et ses environs qui ont subi les ravages des eaux. Plus tard, c’était au tour de Namur et de Dinant d’être touchés. Certaines parties de la Flandre ont également été affectées.

 

La Bourse est à la fête. L’indice boursier belge, le Bel20, qui enregistre les cours des vingt actions les plus importantes, a augmenté de 20 % au cours des six premiers mois de l’année. Cette poussée s’est poursuivie pendant l’été. L’indice est désormais bien parti pour battre un record vieux de 14 ans, établi en 2007.

115.000. C’est le nombre de professionnels de la santé tués par le coronavirus dans le monde. Encore s’agit-il que d’une estimation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), car les rapports précis sont rares. Le personnel de la santé de toutes les catégories professionnelles paye un lourd tribut à la lutte contre la pandémie. C’est inadmissible.

 
 
 
 

Raphaël Michiels, travailleur intérimaire du service clientèle de Bpost, a accepté de répondre à nos questions sur la situation de l’entreprise.

 
 
 
 
 
 

Le salaire direct et indirect est au cœur du conflit entre patrons et travailleurs. La théorie économique de Marx explique que le profit des patrons n’est autre que le travail impayé du salariat. C’est la partie des richesses créées par le travail du salarié, qui ne lui est pas restituée sous forme de salaire.

 
 
 

La santé mentale de la population se dégrade depuis des années. La raison généralement mise en avant pour expliquer cette évolution est la progression de la solitude : en Belgique, la moitié des gens en souffrirait. Des études montrent que la solitude est aussi mauvaise pour la santé que de fumer 15 cigarettes par jour : elle augmente le risque de maladie cardiaque de 30 % et de démence de 60 %. C'est donc tout sauf un problème mineur.

Il y a soixante ans, 35 jours de grève ont ébranlé la Belgique. La grève générale de l’hiver 1960-61, également connue comme « la grève du siècle », n'était pas simplement un conflit social interprofessionnel ou un arrêt de travail généralisé de cinq semaines. Cette grève était un « moment volcanique », une énorme épreuve de force politique – parfois insurrectionnelle - entre la classe ouvrière, d'une part, et toutes les institutions du statu quo capitaliste, d'autre part.

Il y a quelques jours, plusieurs articles de journaux sont sortis pour dénoncer le sexisme, le racisme et l’homophobie du groupe facebook privé « Louvain-le-mec », composé de 11 000 personnes, exclusivement des hommes (c’est le principe du groupe).

Rouge vif ! C’est d’un rouge vif qu’est marquée la Belgique - en particulier Bruxelles et la Wallonie - sur la carte européenne de la contamination au Covid-19 : le pays se trouve à la première place du nombre de contaminations en Europe.

La crise sanitaire que nous traversons a lourdement touché nos seniors. Plus de 51% des décès dus au COVID- 19 ont eu lieu dans nos maisons de repos (MR) et de soins (MRS). Depuis le début du confinement, ces institutions n’ont pas arrêté de tirer la sonnette d’alarme : pénurie de personnel (structurellement en nombre insuffisant ou malade pendant une partie de la crise), manque de matériel (masques, blouses, etc.), tests de dépistage en nombre insuffisant et disponibles trop tardivement. En vain…

Une vague de manifestations contre le racisme déferle sur les États-Unis depuis des semaines. Le meurtre de George Floyd par la police de Minneapolis attise l’indignation des jeunes noirs, rapidement rejoints par des jeunes d’autres couleurs. Black Lives Matter, mouvement né en 2013, rebondit suite à ce nouveau meurtre policier.

La crise économique liée au COVID19 a commencé. Les profits des capitalistes baissent mais des milliers de travailleurs perdent leur emploi. L’aéroport de Zaventem et ses opérations sont très fortement touchés : Swissport Belgique s’est déclaré en faillite hier et le futur de Brussels Airlines est en jeu. Il faut mobiliser contre les licenciements !