La course au vaccin contre le covid-19 a commencé. Aujourd'hui, toutes les grandes entreprises pharmaceutiques demandent le soutien des gouvernements car le vaccin contre le covid19 est devenu une priorité. Les experts affirment qu'un vaccin ne sera pas disponible avant la fin de cette année. La science ne serait-elle pas encore prête à faire face à un tel virus ? Nous ne le pensons pas.

Il y a quelques semaines, plusieurs juristes jetaient un pavé dans la mare syndicale et juridique en expliquant, qu’à l’instar de la France, il existe bel et bien un droit de retrait en cas de  « danger grave et immédiat » en Belgique (1). Des responsables syndicaux (2) ont alors déclaré que c'était une annonce prématurée et qu'il fallait (attendre !?) une loi pour encadrer ce droit.

Depuis le début de confinement nous avons développer nos vidéos sur des sujets théoriques et politiques divers.

Au Brésil, le gouvernement de Bolsonaro est fracturé, traversé par des scissions et des crises. La classe dirigeante est désespérément divisée sur la gestion de la pandémie de coronavirus et face à l’effondrement économique auquel le pays est confronté. Article publié le 24 avril 2020 par Esquerda Marxista.

 Article publié le 24 mars 2020 sur In Defence of Marxism, où figurent toutes les sources et références sur lesquelles s'est appuyé l'auteur.

Le régime marocain détient plus de 500 prisonniers politiques, selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Aziz Ghali. Parmi eux, les détenus du Hirak du Rif, le mouvement de Jaradah, des syndicalistes, des rappeurs, des blogueurs, un journaliste… Bref, tout le monde.

Peu avant le premier mai, Robert Verteneuil, le président de la FGTB, lançait un appel pour un nouveau pacte social « façon 1944 ». Le patronat, via son administrateur délégué de la FEB, Pieter Timmermans, a répondu qu’il était « preneur ». Cette ouverture patronale devrait déjà nous inquiéter…

« C'est de loin la plus grande crise à laquelle le monde a été confronté depuis la Seconde Guerre Mondiale et le plus grand désastre économique depuis la dépression des années 1930. Le monde est arrivé à un moment marqué par des divisions entre les grandes puissances et par une incompétence aux plus hauts niveaux de gouvernement, dans des proportions terrifiantes. »

Le numéro 31 de Révolution vient de sortir. Seuls les abonnés recevrons l'édition papier, mais nous l’offrons en cadeau à tous nos lecteurs en format PDF (cliquez sur  Révolution 31 pour le télécharger).

Depuis que cet article a été écrit, la direction de Procavi a déposé une plainte formelle contre Nadia Garcia, déléguée syndicale du SAT. Que lui reproche la direction ? Elle aurait participé à la « diffusion du coronavirus » parmi les travailleurs en distribuant un tract syndical à l’entrée de l’usine. Elle risque une sanction disciplinaire.

La pandémie de coronavirus est un tournant de l’histoire mondiale. L’économie mondiale encaisse coup sur coup. Les systèmes de santé des pays capitalistes les plus avancés sont complètement dépassés, résultat de décennies d’attaques contre les conditions de vie de la population. L’horreur et l’inefficacité du capitalisme apparaissent au grand jour, même dans les pays où les populations jouissaient jusqu’alors d’une existence plus ou moins civilisée.

Cette vidéo reprend l’intervention d’Erik Demeester, rédacteur de Révolution, lors du débat sur les ‘Luttes hors cadre’, au Festival des Libertés, le 26 octobre 2019. Il y aborde la révolution allemande de 1919 et l’émergence des conseils ouvriers et de soldats.

Le dernier discours de Macron l’a confirmé : sa priorité n’est pas de sauver un maximum de vies humaines, mais de sauvegarder les profits des capitalistes. Ce qu’il a annoncé est uniquement motivé par la défense des intérêts matériels de la classe dirigeante. Le Medef s’en est d’ailleurs félicité.

L’épidémie du COVID-19 fait rage. A l’heure où nous écrivons ces lignes, 3 milliards de personnes sont confinées. Les conséquences de cette situation sur l’économie sont considérables. Dans certains pays, des pans entiers de l’industrie sont à l’arrêt. Des images satellites de la NASA[1] montrent la baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre dans des zones habituellement très émettrices, comme la Chine ou le nord de l’Italie.

Le texte suivant est un appel lancé par nos camarades de Socialist Revolution, la section américaine de la Tendance Marxiste Internationale (TMI).

Louis XIV aurait dit un jour : “L’Etat c’est moi’. Depuis le renversement des monarchies féodales, l’Etat a sensiblement changé sa représentation. Maintenant, nous sommes toutes et tous censés être l’Etat.

Ces derniers jours, nous assistons à une dangereuse escalade dans les menaces et les provocations de Washington contre le Venezuela. Le ministère américain de la Justice a accusé le président Maduro et d’autres hauts fonctionnaires vénézuéliens de fausses accusations de trafic de drogue, entre autres choses.

Il y a plus de 20 ans, à la veille de l’introduction de l’euro, la TMI expliquaitque face à une grave crise du capitalisme européen, la zone euro se disloquerait « au milieu des récriminations mutuelles ». Jeudi dernier, lors d’une conférence entre dirigeants de l’Union Européenne, ces récriminations ont dominé les discussions.

Le numéro 30 de Révolution vient de sortir. C'est un numéro spécial 'COVID-19'. Seuls les abonnés recevrons l'édition papier, mais nous l’offrons en cadeau à tous nos lecteurs en format PDF (cliquez sur  Révolution 30 pour le télécharger).

La section italienne de la Tendance Marxiste Internationale (TMI) a lancé une campagne intitulée : Les travailleurs ne sont pas de la chair à canon ! Cette campagne exige : 1) la suspension de toute production non essentielle, avec payement intégral des salaires ; 2) dans les entreprises et services essentiels, la mise en place de mesures de protection efficaces.