L’École marxiste d’hiver de Montréal 2020 a été un succès retentissant, alors que nous avons une fois de plus battu notre record de participation. Plus de 250 personnes se sont inscrites à cet événement annuel tenu les 15 et 16 février derniers. Des militants sont venus de tout le Canada et des États-Unis pour participer à ce qui est maintenant le plus grand rassemblement marxiste au Canada.

Lors du développement du mouvement environnemental dans les années 1970, les penseurs écologistes s’opposèrent de façon dogmatique au marxisme. Selon eux, Marx avait certainement des choses intéressantes à dire au sujet des questions sociales et économiques, mais rien au sujet de l’écologie et de la nature. On le présenta alors comme un optimiste aveugle, un défenseur du progrès et de l’industrialisation du XIXème siècle, qui délaissait la question environnementale.

Cet article a été publié le 29 janvier dernier sur le site In Defence of Marxism.

L’épidémie de coronavirus en Chine est critique. Selon les chiffres officiels, 5 997 cas ont été confirmés dans tout le pays jusqu’à maintenant, la grande majorité d’entre eux à Wuhan, la capitale de la province de Hubei. Cependant, neuf autres provinces ont signalé plus de 100 cas confirmés, la plupart dans les provinces industrielles du Zhejiang et du Guangdong. La maladie s’est propagée au-delà des frontières de la Chine, de la Thaïlande à l’Australie en passant par les États-Unis.

Les organismes génétiquement modifiés (OGM) peuvent être des organismes végétaux, bactériens ou animaux. Les plus connus sont les plantes OGM (les PGM), qui sont utilisées dans l’agriculture depuis le milieu des années 1990. Mais les OGM étaient déjà utilisés en pharmacologie et en recherche depuis la fin des années 1970.

Le 24 septembre dernier, la compagnie Thomas Cook, principal opérateur des voyages organisés britanniques, a annoncé sa faillite. Trois mois sont passés, et l’on peut voir où se ne se trouvent pas les priorités de nos gouvernants : des centaines d’emplois perdus et, sauf quelques déclarations à la presse, aucune mobilisation sociale.

Le dimanche 10 novembre à 16:50, le président Evo Morales annonce sa démission, aboutissement d’un coup d’Etat qui se déroulait depuis plusieurs jours. Parmi les derniers actes, on trouve : des révoltes politiques, des snipers tirant contre des mineurs de fond, la mutinerie de la police, un rapport de l’OEAi remettant en cause la validité des élections, et finalement, l’armée « suggérant » à Evo Morales de démissionner.

La chute du gouvernement fédéral, en décembre 2018, ainsi que le résultat des élections du 26 mai ont produit une nouvelle crise politique d’envergure. La formation d’un nouveau gouvernement fédéral est dans une impasse totale. Marc Uytendaele, constitutionnaliste, et Vincent de Coorbyter, analyste politique, estiment que la Belgique traverse la « pire crise depuis des décennies » et ajoutent qu'il s'agit également d'une « crise existentielle ». Ils font ici référence à la menace qui pèse sur la pérennité de l'État fédéral belge sous sa forme actuelle, ou sous une autre forme.

Nous nous sommes entretenus avec Leonid Shaidurov, un militant de 17 ans qui a joué un rôle de premier plan dans le mouvement des grèves scolaires pour le climat, en Russie.

Pour sa troisième édition, l’Ecole Francophone de la Tendance Marxiste Internationale a rassemblé plus de 70 personnes. Le 14 et 15 décembre des membres et sympathisants de Suisse, France, Belgique, ainsi que d’Allemagne, se sont retrouvés à la frontière suisse pour échanger sur leurs expériences et se former politiquement.

Cet article est la transcription d’un exposé donné lors de l’Ecole Internationale de la TMI en 2011.

Les coopératives ont fait couler beaucoup d'encre en Belgique ces derniers mois : certains sont convaincus que l'entrepreneuriat coopératif est un remède à la crise actuelle, une sorte de (nouvelle) troisième voie entre l’étatisation et les entreprises capitalistes traditionnelles. Lors des dernières semaines de novembre, la banque coopérative « New B » a ainsi été lancée avec le large soutien d'une partie de la société civile et des syndicats.

Le 3 janvier au matin, dans un acte de suprême arrogance, l’administration Trump a assassiné le général iranien Qassem Soleimani, ainsi que le chef paramilitaire irakien Abu Mahdi al-Mohandes à l’aéroport de Bagdad. Une fois de plus, l’impérialisme américain ajoute à l’instabilité au Moyen-Orient.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, l’issue de la lutte engagée le 5 décembre est incertaine. Le gouvernement affiche sa détermination à maintenir les éléments fondamentaux de sa « réforme » (en réalité, une contre-réforme). En face, les travailleurs mobilisés font preuve d’un courage et d’une combativité exemplaires.

Ce lundi 9 décembre, le CHR (l’hôpital régional de Verviers dans la Province de Liège) était en grève. Nous avons échangé avec une infirmière qui a participé au mouvement ; forte de plusieurs années d’expérience, elle nous explique sa situation en tant que travailleuse gréviste. Dans cette interview, nous l’appellerons Rosa.

Soudainement, sans aucun avertissement, un chanson de rap est apparue sur les réseaux sociaux. Produite par trois jeunes hommes, dont on ignorait tout jusqu’à ce moment, elle a récolté des millions de vues en un temps record.

Il y a quelques années, une conversation avait lieu entre un commandant des Gardiens de la Révolution et un groupe de miliciens Basiji, au sujet du Mouvement vert qui a secoué l'Iran en 2009. Dans cette conversation, le commandant a dit quelque chose du genre : « Ces gars [en référence aux gens du Mouvement Vert] ne sont que des beaux garçons des quartiers chics, il n'y a rien à craindre, mais une fois que les va-nu-pieds des quartiers pauvres et déshérités sortiront, c'est là qu’il faudra avoir peur ». Eh bien, ce jour est arrivé.

Le 5 décembre peut marquer un tournant dans le développement de la lutte des classes en France. Depuis que des syndicats de la RATP et de la SNCF ont fait de cette journée le point de départ d’une grève reconductible, les appels syndicaux se multiplient, dans d’autres secteurs, pour rejoindre et renforcer ce mouvement, y compris sous la forme de grèves reconductibles.

La dernière année a vu une explosion du mouvement écologiste. Avec le mouvement mondial de grèves étudiantes et de manifestations de masse pour la planète lancé par Greta Thunberg, toute une génération a pris goût à l’action politique, et comprend qu’il faut changer les choses. C’est dans ce contexte qu’Extinction Rebellion (XR) a touché une corde sensible.

Le 14 octobre dernier, neuf militants catalans ont été condamnés par la Cour Suprême espagnole à des peines allant de neuf à treize ans de prison ferme. Leur crime ? Avoir organisé le référendum d’octobre 2017 sur l’indépendance de la Catalogne. Ce verdict inique a immédiatement enflammé la région.

Les centrales du secteur privé de la FGTB ont lancé une campagne pour l'augmentation du salaire minimum à 14 euros de l'heure.