Les 50 jours d’offensive israélienne à Gaza y ont semé la mort et la désolation. 2100 Palestiniens ont été tués ; des milliers ont été blessés. La barbarie impérialiste laisse derrière elle d’innombrables familles brisées et tout un peuple démuni, traumatisé, au milieu d’infrastructures détruites ou gravement endommagées.

Jeudi soir, l’armée israélienne a commencé son offensive terrestre contre Gaza. Les tanks ont ajouté leur dévastation aux bombardements aériens et aux missiles tirés depuis les navires de guerre israéliens. Tsahal bombarde Gaza du ciel, de la terre et de la mer.

Une tempête de bombes et de feu a été déclenchée par le gouvernement israélien sur la population civile de Gaza. Au cours des derniers jours, plus de 400 tonnes de bombes ont frappé des cibles dans la bande de Gaza densément peuplée, tuant au moins 100 civils, dont de nombreux enfants, et en blessant des centaines.

Israël retire ses forces de Gaza. Entamé dimanche, ce retrait se poursuivait graduellement, lundi. Israël et le Hamas ont déclaré – séparément – un cessez-le-feu. Ehud Olmert, le premier ministre israélien, a expliqué qu’Israël n’avait l’intention ni de laisser une présence militaire à Gaza, ni de reconquérir le territoire.

Le pilonnage de Gaza par l’aviation israélienne a provoqué la mort de plusieurs centaines d’hommes, de femmes et d’enfants, auxquels s’ajoutent des milliers de blessés. Cette nouvelle agression doit être fermement condamnée par le mouvement ouvrier international.

Notre revue

Facebook