Les trois mois de méga-manifestations et de grèves ont été décrits par un quotidien français comme une véritable « levée en masse ». Cette « levée en masse » fait référence à la conscription massive lors de la révolution française de 1789 pour défendre le pays contre l'invasion militaire des puissances européennes conservatrices. La comparaison est un peu exagérée... mais elle décrit bien l'agitation rarement vue des travailleurs, jeunes et vieux, contre l'augmentation de l'âge de la retraite de 62 à 64 ans.

Nous vous proposons la motion de la CGSP-ALR Bruxelles au sujet de l'inspirante lutte des travailleurs de Delhaize. Entretemps le front commun syndical interprofessionnelle à annoncé une manifestation nationale en soutien à leur lutte le lundi 22 mai. C'est une initiative qui doit être pris à bras la corps par toutes les délégations syndicales et par les étudiants. Cette manifestation pour être la plus massive possible devrait se faire avec des arrêts de travail dans tous les secteurs.

La journée d’action contre la réforme des retraites, hier, a été riche en enseignements. En voici quelques-uns.

1) Avec plus 2 millions de personnes dans les rues à l’échelle nationale, la mobilisation est toujours très forte, surtout au regard du fait qu’il s’agissait de la dixième journée d’action organisée depuis le 19 janvier. A titre de comparaison, la CGT revendiquait le même nombre de manifestants lors de la dixième journée d’action du très puissant mouvement social de l’automne 2010.

Ces énormes réserves de colère et de combativité terrorisent la classe dirigeante. Sur la base d’une stratégie et de mots d’ordre beaucoup plus offensifs, les directions du mouvement syndical pourraient mobiliser pleinement ces réserves et infliger une défaite majeure au gouvernement, voire le renverser. Au lieu de cela, l’intersyndicale appelle à une onzième journée d’action le 6 avril, soit neuf jours après celle d’hier.

Cette stratégie est évidemment contre-productive. Quel message est envoyé aux travailleurs qui sont actuellement engagés dans des grèves reconductibles ? Sont-ils censés tenir jusqu’au 6 avril ? Le communiqué de l’intersyndicale ne dit pas un mot des grèves reconductibles. Il dit simplement soutenir « les grèves qui perdurent depuis janvier ». Pourtant, seul le développement des grèves reconductibles peut faire reculer le gouvernement.

Le fait est que les dirigeants de l’intersyndicale sont au moins aussi terrorisés que la classe dirigeante. Leur communiqué d’hier soir déplore « une situation de tensions dans le pays qui nous inquiète fortement », comme si l’intensification de la lutte des classes n’impliquait pas un certain développement des « tensions ». Le même communiqué s’alarme du « risque d’explosion sociale ». Et alors que le gouvernement se livre à une répression policière brutale des manifestations et des piquets de grève, l’intersyndicale lui demande poliment de « garantir la sécurité et le respect du droit de grève et de manifester ». Ce serait drôle si ce n’était pas aussi grave.

2) La jeunesse, hier, était très présente dans les cortèges. Le recours au 49.3 a nettement stimulé la mobilisation des étudiants et des lycéens, qui jusqu’alors étaient relativement passifs. C’est logique : la jeunesse a vécu le 49.3 comme une insulte aux principes démocratiques les plus élémentaires. Elle ne se mobilise pas seulement contre la réforme des retraites, mais contre un régime brutal, autoritaire et réactionnaire. Elle lutte pour une transformation radicale de la société.

Cette mobilisation de la jeunesse confirme ce que nous avons expliqué depuis le début du mouvement : si les directions syndicales élargissaient l’objectif de la lutte, si elles appelaient le peuple à se mobiliser contre l’ensemble de la politique du gouvernement – et pour un programme de rupture avec toutes les politiques d’austérité –, elles favoriseraient l’entrée dans l’action de nouvelles couches de jeunes et de travailleurs.

Ce point de vue est partagé dans de larges couches du mouvement. Par exemple, lors de l’Assemblée Générale inter-facs de Toulouse, lundi soir, les militants de Révolution ont défendu la motion suivante, qui a été adoptée par un vote des 800 étudiants et travailleurs présents : « L’assemblée générale inter-facs de Toulouse se joint aux travailleurs dans la lutte actuelle contre la réforme des retraites. Néanmoins, le recours au 49.3 a marqué un tournant dans le cours de cette lutte. Désormais, dans l’esprit d’un nombre croissant de jeunes et de travailleurs, la lutte contre la réforme se double d’une lutte contre le gouvernement Macron et l’ensemble de sa politique. Pour contribuer au succès du mouvement, la direction de l’intersyndicale ne doit plus se contenter d’exiger seulement le retrait de la réforme. Elle doit se doter d’un programme offensif défendant les intérêts des travailleurs et de la jeunesse. Ceci contribuera au développement du mouvement des grèves reconductibles, qui seul peut garantir notre victoire. »

3) Nous l’avons dit : la bourgeoisie est terrorisée par la puissance de ce mouvement. Mais elle n’en reste pas moins déterminée à imposer cette contre-réforme (et bien d’autres), car il y va de la compétitivité du capitalisme français, c’est-à-dire de ce que la grande bourgeoisie a de plus cher au monde : ses profits.

Ces derniers jours, les manœuvres se sont donc multipliées – du côté du gouvernement comme du côté des dirigeants de l’intersyndicale – pour tenter d’éteindre le volcan social. Cela prend la forme d’un très mauvais vaudeville. Macron a proposé aux dirigeants de l’intersyndicale de les rencontrer pour parler de tout ce qu’ils voudront – sauf de la réforme des retraites. De leur côté, les dirigeants de l’intersyndicale ont proposé de nommer une « médiation » – entre eux et le gouvernement – pour parler de la réforme des retraites. A quoi le gouvernement a répondu qu’ils n’avaient pas besoin d’une « médiation » pour se parler (de tout ce qu’ils voudront, sauf des retraites). Dans le même temps, l’intersyndicale a annoncé qu’elle allait, de nouveau, « écrire » à Macron. Et de son côté, Elisabeth Borne a écrit aux dirigeants de l’intersyndicale pour leur proposer un « entretien » ; Laurent Berger (CFDT) a déclaré qu’il allait s’y rendre pour parler à la Première ministre de ce dont elle ne veut pas entendre parler.

Tout ceci vise à démobiliser les travailleurs et à renouer le soi-disant « dialogue social » – c’est-à-dire la « négociation » des contre-réformes par les directions syndicales. La jeunesse et les travailleurs n’ont rien de bon à attendre de ces discussions entre le gouvernement et les directions syndicales qui s’y compromettraient. Ils ne doivent compter que sur leurs propres forces et l’organisation démocratique, à la base, de la lutte.

4) L’impasse de la stratégie des directions confédérales, depuis de nombreuses années, a trouvé une expression spectaculaire et extrêmement significative, hier, lors du Congrès de la CGT. Chose inédite, le « Rapport d’activité » de la direction sortante y a été rejeté par 50,3 % des délégués. C’est un énorme revers pour Philippe Martinez et la direction sortante en général. La polarisation interne à la CGT vient officiellement de franchir un nouveau seuil.

Le Congrès de la CGT se poursuivra jusqu’à vendredi. Il y aura très certainement de fortes répliques au séisme d’hier. Révolution réitère son soutien à l’aile gauche de la CGT (Unité CGT) et à son candidat au secrétariat général de la Confédération, Olivier Mateu.

Nous reviendrons plus longuement sur ce Congrès de la CGT, qui marque un point de rupture dans l’évolution de cette Confédération. Pour conclure, citons un extrait de la déclaration du 19 mars d’Unité CGT, qui tranche avec l’extrême modération des dirigeants de l’intersyndicale :

« Nous nous trouvons à un point de bascule. A trop tirer la corde, ils [Macron et son gouvernement] l’ont cassée. Alors disons les choses : désormais, le sujet n’est pas seulement que le rejet des 64 ans. Le sujet, c’est le retour aux 60 ans de départ à la retraite. C’est le SMIC à 2000 euros. C’est la renationalisation/expropriation des autoroutes, des industries, des biens du peuple spoliés. C’est l’abrogation des décrets antichomeurs, c’est la fin des aides aux entreprises, c’est la réponse à tous nos besoins sociaux. C’est un changement de régime. Cet ordre social n’a que trop duré. »

Absolument d’accord !

Dans le communiqué de presse diffusé par Delhaize le 7 mars, les raisons de la franchisation des 128 supermarchés belges ont été décrites de manière très voilée. Plus que l'explication des motifs allégués, c'est l'engagement de l'employeur que les employés repris conserveront leurs salaires et leurs conditions de travail qui importe. Il est difficile de faire autrement. Après tout, la convention collective du travail n° 32bis le garantit. Rien à craindre ou pourtant.…

Le recours du gouvernement au 49.3, le 16 mars dernier, a marqué un tournant dans le développement de la lutte contre la réforme des retraites. Ce passage en force à l’Assemblée nationale a été vécu, à juste titre, comme une insulte et une provocation de plus – et même de trop – dans de larges couches de la population.

On savait que Macron et son gouvernement méprisaient les sondages signalant tous qu’une écrasante majorité de la population – dont plus de 90 % des actifs ! – est opposée à la réforme des retraites. On savait aussi que le pouvoir méprisait les multiples manifestations de masse et les grèves organisées contre cette réforme, depuis le 19 janvier. Le recours au 49.3 a souligné que Macron et sa clique méprisent aussi la soi-disant « représentation nationale », élue en juin dernier.

Pour ne rien arranger, la même « représentation nationale » n’a même pas été capable de répondre à l’insulte du gouvernement en adoptant une motion de censure qui l’aurait fait chuter. Toutes les institutions politiques sont donc discréditées aux yeux des masses.

En conséquence, la crise sociale se double désormais d’une profonde crise démocratique et politique, c’est-à-dire d’une remise en cause croissante – dans les têtes et dans les rues – du régime lui-même. Cette crise de régime n’est pas nouvelle, mais aujourd’hui elle éclate au grand jour.

A cet égard, il est significatif que le 49.3, puis le rejet de la motion de censure, ont nettement stimulé la mobilisation de la jeunesse étudiante et lycéenne, qui jusqu’alors était relativement passive. Les dizaines de milliers de jeunes qui se mobilisent chaque jour depuis le 16 mars, dans les grandes villes du pays, ne réclament pas seulement le retrait de la réforme des retraites. Ils réclament le respect et un avenir digne de ce nom, ce que ne pourra pas leur apporter ce gouvernement, ni surtout le système qu’il défend : le capitalisme.

De leur côté, Macron et son gouvernement sont très affaiblis par les développements de ces derniers jours. La popularité du chef de l’Etat, qui n’était pas bien haute, ne cesse de chuter. Elisabeth Borne et ses ministres sont autant de zombies politiques. Le pouvoir n’a plus aucun autre levier d’action que la répression brutale des grèves et des manifestations.

Dans ce contexte, la responsabilité des organisations de la gauche et du mouvement syndical est colossale. Leur action doit se déployer suivant au moins trois axes :

1) Elles doivent organiser et encadrer sérieusement des manifestations quotidiennes, dans toutes les villes du pays, ne serait-ce que pour protéger la jeunesse mobilisée de la répression policière et des arrestations qui s’intensifient depuis le 16 mars.

Si l’on veut éviter que des manifestations spontanées se soldent par d’innombrables coups de matraque et arrestations, comme c’est désormais le cas chaque soir, les organisations du mouvement ouvrier doivent organiser et protéger les manifestations. Dans le même temps, cela permettra à ces manifestations d’être beaucoup plus massives et d’unir, dans l’action, la jeunesse et les travailleurs.

2) La gauche et le mouvement ouvrier doivent élargir les mots d’ordre du combat. Exiger seulement le retrait de la réforme des retraites ne suffit pas. Pour favoriser la mobilisation de nouvelles couches de jeunes et de travailleurs, il faut avancer une série de revendications offensives, couronnées par l’objectif de renverser le gouvernement Macron – qui travaille pour une poignée de grands capitalistes – et de le remplacer par un gouvernement au service des travailleurs.

Comme l’écrivaient les camarades d’Unité CGT, le 19 mars : « Nous nous trouvons à un point de bascule. A trop tirer la corde, ils [Macron et son gouvernement] l’ont cassée. Alors disons les choses : désormais, le sujet n’est pas seulement que le rejet des 64 ans. Le sujet, c’est le retour aux 60 ans de départ à la retraite. C’est le SMIC à 2000 euros. C’est la renationalisation/expropriation des autoroutes, des industries, des biens du peuple spoliés. C’est l’abrogation des décrets antichomeurs, c’est la fin des aides aux entreprises, c’est la réponse à tous nos besoins sociaux. C’est un changement de régime. Cet ordre social n’a que trop duré. » Absolument d’accord !

3) Sur cette base, la gauche et le mouvement syndical doivent jeter toutes leurs forces dans l’organisation d’Assemblées Générales aussi massives que possible, dans les entreprises, pour y mettre à l’ordre du jour des grèves reconductibles. Dès que c’est possible, des Assemblées Générales interprofessionnelles doivent se tenir pour, par exemple, organiser les mobilisations contre les réquisitions et les offensives des CRS sur les piquets de grève. Sur les facs, les AG étudiantes doivent se mettre à la disposition du mouvement ouvrier pour contribuer à la défense des piquets de grève et à l’extension des grèves reconductibles.

Les secteurs qui sont à l’avant-garde du mouvement de grèves reconductibles – et notamment les travailleurs du pétrole – ne pourront pas tenir indéfiniment sans une extension rapide de ces grèves à d’autres secteurs clés de l’économie. Réciproquement, si cette extension a lieu, le pays entrera dans une nouvelle phase de la lutte qui mettra à l’ordre du jour non seulement le retrait de la réforme des retraites, mais le renversement du gouvernement des riches, l’abrogation de toutes les contre-réformes des vingt dernières années – et la mise en place d’un gouvernement au service des travailleurs et de toutes les couches opprimées de la population.

Journée de formation et de discussion "Marxisme 2023". Les politiques identitaires ne peuvent pas nous libérer des oppressions. Cependant, une approche révolutionnaire est nécessaire pour s'attaquer radicalement au racisme, au sexisme et aux autres formes d'oppression. Venez en discuter et vous organiser avec nous. Plus d'informations sont disponibles sur l'affiche.

Dans le monde entier, les femmes sont opprimées. Le 8 mars 2023, une fois de plus, des manifestations, des marches et des rassemblements massifs auront lieu dans de nombreux pays.

Ces dix dernières années, nous avons vu d’immenses mouvements en faveur des droits des femmes, notamment aux Etats-Unis lors de l’investiture de Donald Trump (2017), en Pologne contre la restriction du droit à l’avortement (2020), en Argentine et au Mexique contre les violences faites aux femmes. En 2015, en Irlande, les idées réactionnaires de l’Eglise catholique ont subi une cinglante défaite sur la question du mariage entre conjoints de même sexe. Ce sont autant de signes d’une radicalisation générale dans la société. Les travailleurs, et la jeunesse en particulier, commencent à se mettre en mouvement pour changer leur vie. Ils passent à l’action contre toutes les formes d’oppressions et de discriminations.

Ce livre n’a pas d’équivalent dans l’ensemble de la littérature marxiste. En onze chapitres, Alan Woods parcourt toute l’histoire de la philosophie depuis les présocratiques grecs jusqu’à Marx – en passant par Socrate, Platon, Aristote, les stoïciens et les épicuriens, la naissance du christianisme, la philosophie islamique, les philosophes du Moyen-Âge, ceux de la Renaissance, les empiristes anglais, les grands rationalistes du XVIIe siècle, les matérialistes français du XVIIIe siècle, puis enfin Kant, Hegel et les « hégéliens de gauche ».

Notre revue

Révolution 49 layout 2 page 001 
 

 

Facebook