La tragédie du 13 novembre, à Paris, marque une étape sinistre dans l’expansion des attaques revendiquées par l’Etat Islamiques (EI). Par leur ampleur, leur férocité et leur caractère aléatoire, les attentats de vendredi font davantage penser à Beyrouth ou Bagdad qu’à Londres ou Paris. Le Moyen-Orient est arrivé en Europe.

Les attentats qui ont frappé Paris ont suscité la révulsion et la colère de millions de jeunes et de travailleurs. Trois jours plus tard, ces sentiments sont loin de s’éteindre. La peur de nouveaux attentats est palpable. Elle est nourrie par l’incapacité manifeste des autorités à empêcher le carnage de vendredi soir, dix mois après l’attaque visant Charlie Hebdo. Ce week-end, les rues quasi désertes des grandes villes témoignaient de cette angoisse collective.

Le terrorisme réactionnaire du fondamentalisme islamique vient encore de frapper, faisant au moins 128 morts et 200 blessés (dont 100 dans un état grave) dans une attaque coordonnée sur différents sites de Paris. C’est un attentat complètement réactionnaire contre des gens ordinaires, dont de nombreux jeunes, profitant de leur soirée dans des restaurants, des salles de concert ou au Stade de France. Nous condamnons ce gang de meurtriers et nous exprimons notre solidarité avec le peuple de Paris.

"La classe dirigeante et le gouvernement « socialiste » profiteront de ces attentats et de l’émotion qu’ils suscitent pour détourner l’attention des travailleurs de la crise, de ses conséquences sociales désastreuses et de la politique réactionnaire qui est menée dans l’intérêt d’une poignée de grands patrons. C’est le sens des nombreux appels à « l’union nationale », qui doivent être fermement rejetés par les organisations de gauche de la jeunesse et des travailleurs."

Nous publions l'édito du dernier journal que la section française de la TMI. La lutte des travailleurs d'Air France y a bouleversé l'ambiance sociale, donnant une nouvelle vigueur à la combativité de la classe ouvrière.

En moins de 24 heures, l’image du DRH d’Air France et sa chemise déchirée a fait le tour du monde. Le patronat et le gouvernement s’en sont servi pour matraquer l’opinion publique et faire passer les travailleurs d’Air France pour des « voyous », selon l’expression du Premier ministre. Sarkozy en a rajouté et a déploré la « chienlit », terme employé par De Gaulle en mai 68. Le spectre de mai 68 ressurgirait-il dans l’esprit de la classe dirigeante ?

L’annonce, par la direction d’Air France, de 2900 suppressions de postes est tombée comme un coup de tonnerre sur les salariés de cette grande entreprise. Ces dix dernières années, ils ont déjà consenti de nombreux sacrifices en termes de rémunérations et de conditions de travail. De nombreux postes ont été supprimés : les effectifs de l’entreprise sont passés de 65 000 en 2004 à 52 500 à ce jour. L’exaspération de nombreux salariés atteint des sommets, comme le montre par exemple la vidéo ci-dessous.

Plusieurs millions de personnes ont participé aux manifestations de ce week-end, à Paris et dans de nombreuses villes du pays. Le gouvernement et toute la société officielle avaient appelé à y participer. Dimanche soir, Manuel Valls déclarait que le peuple s’était rassemblé « derrière le président » François Hollande. Or en réalité, la grande majorité des manifestants ne voulaient pas se rassembler derrière le président, dont la popularité, à la veille de l’attentat, était la plus basse enregistrée par un président de la Ve République. Elles voulaient exprimer leur colère, leur inquiétude, leur solidarité avec les victimes, leur refus du racisme et du fondamentalisme religieux, leur attachement à la liberté d’expression – et d’autres idées et sentiments complètement étrangers à la personne et à l’autorité de François Hollande.

L’attaque terroriste contre Charlie Hebdo a provoqué une immense vague d’émotion, de colère et d’indignation dans tout le pays. Le soir même, plus d’une centaine de milliers de personnes sont descendues dans les rues de nombreuses villes. La révulsion que suscite cet acte barbare se double d’une émotion liée à la personnalité des victimes, dont plusieurs étaient très célèbres et appréciées.

Les élections municipales et européennes ont été un échec pour le Front de Gauche, au regard de ses ambitions et de son potentiel. Les européennes ont accentué le tableau des municipales – et il est clair : entre 2009 et 2014, le FN progresse de 3,6 millions de voix, le Front de Gauche de seulement 130 000 voix.

Nous avons rencontré un jeune responsable syndical de l’Union Locale de la CGT du plus grand aéroport de France. L’Union Locale coordonne le travail de 200 ‘bases’ syndicales à l’aéroport. Au total plus de 700 entreprises sont actives sur le site regroupant 90.000 travailleurs.  

"La crise sociale est trop profonde, trop grave, pour être résolue par des mesures superficielles, par de petites « réformes ». Les grands problèmes exigent, pour les résoudre, de grands moyens. La seule politique pouvant vraiment combattre le racisme est une politique révolutionnaire, qui montre concrètement aux travailleurs de toutes les origines comment en finir avec le système actuel."


 

La contre-réforme des retraites annoncée par le gouvernement « socialiste » prolonge et aggrave celle qui avait été imposée par le gouvernement Fillon en 2010.

mericLe meurtre de Clément Méric devrait attirer l’attention de tous les militants du mouvement ouvrier sur les agissements des groupements fascistes, dont l’activité a gagné en intensité au cours de la dernière période. Une reaction de nos camarades français de La Riposte. 

En France, depuis vingt mois consécutifs, le nombre de chômeurs augmente. Environ 5 millions de personnes sont au chômage, qu’ils soient ou non recensés comme tels. 2 millions de plus, ne trouvant pas assez de travail pour subvenir à leurs besoins, subissent un chômage «  partiel ».

On continue notre série sur les élections en France et la mobilisation au tour du Front de Gauche. Voici une contribution au débat de nos camarades de La Riposte.

On continue notre série d'articles sur les effects du succès électoral du Front de Gauche en France. Maintenant le débat se déroule au sein du Parti Communiste Français sur une possible participation au Gouvernment PS-Verts. Voici une contribution d'un de nos camarades en France:

Voici une nouvelle contribution de nos camarades français sur le résultat du Front de Gauche aux élections Presidentielles du mois de mai 2012. Les débats au sein de la gauche en France ont un impact sur le development des forces de gauche dans notre pays raison pour laquelle on publie cet article.

On continue nos publications sur les débats pendant la campagne du Front de Gauche et l'engagement de nos camarades de La Riposte. Cet article est une contribution aux débats par rapport au programme du Front de Gauche en France.

Le destin de la France est suspendu, paraît-il, à la « confiance » des milieux capitalistes. Il faut tout mettre en œuvre pour les rassurer.

JL MélénchonSuite aux débats actuels en Belgique au tour de la campagne électoral du Front de Gauche en France, nous considérons important de publier l'entretien de nos camarades français au candidat unitaire du Front de Gauche, Jean Luc Mélenchon,  ainsi que les commentaires de nos camarades sur les propos du candidat. On va publier pendant le mois d'avril une série d'articles sur la campagne du Front de Gauche et l'engagement de nos camarades de La Riposte.

Réunis en Assemblée Générale, nous nous déclarons solidaires de la lutte des jeunes et des travailleurs des DOM-TOM pour des conditions d’existence dignes. Les grèves générales en Guadeloupe et en Martinique sont une magnifique inspiration pour la jeunesse et les salariés de métropole.

 

Le document Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme a recueilli 15% des voix, lors de la consultation interne des 29 et 30 octobre. Après de longues années pendant lesquelles le programme du PCF a été progressivement vidé de son contenu communiste et révolutionnaire, voici enfin un signe tangible d’un inversement de tendance. Le marxisme est de retour !

 

Le texte alternatif Renforcer le PCF , renouer avec le marxisme a été validé par la commission de transparence des débats du 34e congrès du PCF. Il vient d’être envoyé par courrier à tous les militants du parti, en même temps que les autres documents du congrès. Il sera soumis au vote des communistes les 29 et 30 octobre.

Notre revue

 
 

 Rvolution 42 layout page 001

Facebook