Vous le vivez chaque jour depuis 2004 : la ponctualité des trains a fortement chuté. Le plan du Ministre Magnette pour restructurer (déstructurer !) le groupe n’améliorera certainement pas la situation…

En 2005, la SNCB a adopté une structure en “Holding”. La société SNCB-Holding chapeaute Infrabel et SNCB (Infrabel gère les voies et la SNCB fait rouler les trains).

Conséquence : la communication et la coordination entre le gestionnaire de l’infrastructure et l’opérateur ferroviaire se sont fortement détériorées.
Saviez-vous que le personnel dans les trains (accompagnateurs de trains, conducteurs) ne peut plus communiquer directement avec ceux qui gèrent le trafic ferroviaire dans les cabines de signalisation ?

Saviez-vous que pour assurer une correspondance, il faut aujourd’hui 8 communications ? Auparavant, il n’y en avait que 4 ?

Avant la scission :

L’accompagnateur de train demandait à la cabine ou au dispatching si une correspondance pouvait être assurée. Il y avait une communication entre le dispatching et la cabine. Ensuite, une réponse était donnée à l’accompagnateur. Le sous-chef quai était contacté via trunk (talkie walkie).

= 4 communications.

Maintenant :

    L’accompagnateur de train téléphone au RDV (centre dispatching voyageurs).
    Le RDV téléphone au TC (Traffic Contrôle).
    TC (Traffic Contrôle) téléphone à la Cabine de signalisation.
    Tc reprend contact avec le RDV qui prévient le ROR (coordinateur des sous-chefs quai),
    Le ROR informe le sous-chef quai, qui informe dans la pratique l’accompagnateur de train (parfois l’accompagnateur de train est contacté via téléphone par le RDV).

= Donc en pratique 7 à 8 communications.

Au mois de juin, le Ministre Magnette a présenté une note qui propose de scinder en deux le groupe SNCB (SNCB et INFRABEL) et par conséquent, d’éliminer la Holding. La situation des voyageurs ne s’améliorera pas, bien au contraire !

Saviez-vous qu’en Hollande les chemins de fer sont scindés en deux ? Suite à d’importantes perturbations sur le rail cet hiver, le directeur du NS (chemin de fer hollandais) et les syndicats ont demandé un rapprochement, voire une réunification des deux sociétés ?

Et la sécurité ?

Votre sécurité en tant que voyageur doit être assurée, aussi bien par ceux qui font rouler les trains, que ceux qui gèrent le réseau ferroviaire. Par exemple, le système d’arrêt automatique (TBL1+), qui doit empêcher que des trains brûlent des feux rouges, doit être installé, aussi bien dans les locomotives, que sur les voies. La scission complète de la SNCB et d’Infrabel posera demain d’importants problèmes de sécurité.

Saviez-vous que les sociétés ferroviaires de transport de fret (y compris la filiale SNCB “B-Logistics”) refusent d’Installer l’équipement “TBL1+” sur leurs machines parce que c’est trop cher ?

Par ailleurs depuis 2 ans 2000 à 2500 emplois ont disparus à la SNCB ce qui mène inévitable à une détérioration du service public.

Que veulent les syndicats de cheminot(e)s ?

Les syndicats demandent une structure intégrée : une société avec un seul patron, un seul responsable. Fini le jeu de ping-pong entre les différents CEO, où personne n’est responsable.

Cette structure permet d’améliorer la sécurité et la ponctualité du rail. Elle est tout simplement la plus efficace et la moins chère pour les contribuables. De plus l’Europe ne l’interdit pas.

Pour toutes ces raisons, nous avons mis en place un plan d’action qui débouchera à la grève générale sur le rail belge ! Premier rendez-vous : grève du mardi 2 octobre à 22h au mercredi 3 octobre à 22h.

Philippe DUBOIS - Secrétaire Permanent
CGSP « Cheminots » Région de Bruxelles

Source:Comités Action Europe

Notre revue

Facebook