Les brèves thèses qui suivent ont été rédigées par des partisans de la TMI en Ukraine puis traduites. Elles traitent des origines de la guerre actuelle et des effets réactionnaires qu’elle a en Ukraine. Pour une solution internationaliste à la guerre en Ukraine, et à toutes les guerres ! Pour la révolution socialiste ! L’original en ukrainien est consultable ici.

1. La guerre en Ukraine est une conséquence d’un conflit entre bandits impérialistes.

D’un côté, nous avons le puissant impérialisme américain, qui occupe une position dominante dans l’arène mondiale depuis la fin de la guerre froide. De l’autre, il y a l’impérialisme du Kremlin, qui a hérité la plus grande part de ses ressources naturelles, et de ses forces productives et militaires de l’ancienne URSS. Il s’agit d’un impérialisme fort, mais pas d’une puissance mondiale.

Quels sont les éléments de conflits dans le cas présent ?

Dans la période récente, les intérêts des Etats-Unis et de l’OTAN se sont de plus en plus rapprochés des frontières de la Russie. Par conséquent, les intérêts régionaux du Kremlin sont menacés par l’impérialisme occidental qui manœuvre pour encercler la Russie. La goutte d’eau de trop fut le fait que les autorités installées à Kiev après le mouvement de Maïdan ont avancé la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et à l’UE de façon répétée. Poutine a donc décidé de renforcer la position fragile de l’impérialisme russe en menant une guerre impérialiste en Ukraine.

2. Pourquoi Washington n’a pas envoyé de troupes en Ukraine ?

Même pour la nation impérialiste la plus puissante au monde, les ressources disponibles pour la guerre ne sont pas infinies. L’impérialisme américain a récemment été vaincu en Afghanistan, et la crise économique mondiale a dévoilé le talon d’Achille de Washington. Par conséquent, il n’a pas d’autre choix que de continuer à imposer des sanctions et à attendre les actions de l’impérialisme du Kremlin.

3. L’Ukraine a été victime de ce conflit.

La guerre renforce de plus en plus le nationalisme ukrainien et son hostilité envers le peuple russe. Ces idées réactionnaires n’offrent aucune issue aux masses ukrainiennes dans la lutte contre l’impérialisme russe. Nous appelons à la solidarité internationale des masses opprimées. Ni l’OTAN, ni l’UE, ni les Etats-Unis ne vont nous aider. Ils ont déjà prouvé que leur principal intérêt repose dans les profits de leurs propres capitalistes. Seule l’unité internationale des travailleurs pourra nous aider dans la lutte contre l’impérialisme et contre notre propre bourgeoisie.

Le nationalisme ukrainien défend les intérêts de ceux qui ont vite abandonné le peuple ukrainien dans les jours précédant le 24 février : les bureaucrates, les oligarques et tous les parasites de la société ukrainienne. Nous disons « non » au nationalisme ukrainien, mais prônons plutôt l’unité et la communauté des prolétaires du monde entier.

Seule une lutte commune avec la classe ouvrière russe peut nous permettre de vaincre l’impérialisme de la clique du Kremlin. Nous soulignons encore une fois que le nationalisme étroit n’est pas une issue à cette crise et ne fait que désorienter la classe ouvrière dans la lutte contre l’impérialisme de toute nuance.

Notre revue


 

  Révolution 41 layout page 001

Facebook