Le 20 août dernier, des millions de personnes à travers le monde ont pu assister à l’exploit historique de l'équipe d'Espagne féminine de football, couronné par une victoire tout à fait méritée. Cette joie a toutefois été ternie par le président de la Fédération royale espagnole de football, Luis Rubiales, qui a embrassé sans son consentement Jenni Hermoso, l'une des championnes. Cet incident s'est produit alors qu'elle recevait sa médaille. Les images se sont répandues dans le monde entier.

Suite à cet incident, les réseaux sociaux ont été submergés par l'indignation pendant plusieurs jours, et la controverse a pris de l'ampleur après les déclarations de Rubiales lors de la réunion extraordinaire de la fédération. Il a refusé de démissionner et a rejeté toute la responsabilité sur la joueuse, ce qui a finalement conduit à son licenciement temporaire et à sa suspension par la FIFA.

Jenni Hermoso elle-même a déclaré le 25 août qu'elle avait non seulement été victime d'une agression, mais qu'elle et sa famille avaient également fait l'objet de pressions pendant le voyage de retour depuis l'Australie et tout au long de la semaine, afin de déclarer publiquement que le baiser avait été consenti. Elle a nié cette affirmation avec véhémence.

La fédération est même allée jusqu'à publier des fausses déclarations en son nom, des pratiques qui rappellent l'histoire mouvementée de Rubiales, qui a fait l'objet d'enquêtes pour corruption, harcèlement et même orgies. Cela donne une image claire des individus rétrogrades à la tête de cette structure qui amasse des centaines de millions de bénéfices chaque année, et dans laquelle les femmes n'avaient pratiquement aucune visibilité ou reconnaissance jusqu'à il y a seulement quelques années.

« C'est fini »

Le football féminin espagnol s'est unanimement exprimé à tous les niveaux pour crier haut et fort : « c'est fini ». Dans sa déclaration, Jenni Hermoso précise que « de telles attitudes font partie du quotidien de notre équipe depuis des années ». Les femmes qui ont dédié leur vie au football professionnel, sacrifiant leur vie personnelle, ont dû faire face à des abus de pouvoir dans un contexte d'instabilité professionnelle, une réalité qui contraste vivement avec les conditions extravagantes dont bénéficient leurs homologues masculins.

Les footballeuses espagnoles se battent depuis des années pour être respectées et traitées comme des athlètes professionnelles de haut niveau. Dès 2015, suite à la première participation infructueuse de l'équipe d'Espagne féminine de football à la Coupe du monde, les joueuses se sont mobilisées et ont réussi à faire renvoyer l'entraîneur en poste depuis 27 ans. Celui-ci était accusé de contrôler, humilier, insulter, voire même agresser physiquement les joueuses. Selon les déclarations des joueuses elles-mêmes, la Fédération royale espagnole de football voulait intimider les joueuses pour les empêcher d'exiger des améliorations de leurs conditions de travail.

Ce n'est qu'en 2019, à la suite d'une grève illimitée au cours de laquelle elles ont exigé des conditions de travail de base concernant les salaires, les horaires, la rémunération en cas de congé de maladie, la conciliation entre travail et vie de famille et les congés réglementés, qu'elles ont finalement réussi à obtenir leur première convention collective. Malgré cela, l'écart de rémunération reste énorme par rapport à leurs homologues masculins. Le salaire minimum des joueuses est de 16 000 euros par an, tandis que les joueurs gagnent au minimum 180 000 euros par an. Par conséquent, elles sont actuellement en négociation en vue d'améliorer encore leurs conditions de travail en renouvelant leur convention collective.

À cela s'ajoute un manque de ressources au niveau de l'équipement technique, de la formation, du transport, etc. Il y a un peu moins d'un an, quinze joueuses ont envoyé une lettre réclamant des changements structurels, principalement liés à l'amélioration du niveau de professionnalisme au sein de l'équipe, en élargissant et en renforçant le personnel d'encadrement notamment. Si quelques changements superficiels ont été apportés, sept joueuses demeurent exclues de l'équipe et n'ont pas eu la possibilité de devenir championnes, tout cela parce qu'elles avaient lutté pour améliorer leurs conditions de travail.

De plus, la déclaration commune des joueuses de l'équipe nationale actuelle et des joueuses des équipes nationales précédentes met en évidence leur persistance dans la demande de ces améliorations : elles ne reviendront pas jouer pour l'équipe nationale tant que les dirigeants actuels de la fédération resteront à leur poste.

Cependant, les grandes différences entre les footballeurs et les footballeuses ne sont pas propres à l'Espagne. Au niveau international, les footballeuses ont également dû se mobiliser pour améliorer leurs conditions, comme on l'a vu avec les joueuses professionnelles aux États-Unis et au Canada.

« C'est fini » est une déclaration qui va au-delà de la condamnation d'un baiser répugnant et abusif d'un individu autoritaire chauvin, qui cherche à affirmer sa domination et à exhiber une forme de « droit de cuissage » des temps modernes devant des millions de personnes. « C'est fini », tel est le cri de guerre des footballeuses professionnelles qui se battent pour leur dignité et des conditions décentes en tant que professionnelles de haut niveau.

L'industrie du football et le silence des joueurs masculins

Ces derniers jours, nous avons assisté à l'un des incidents les plus honteux du football espagnol. Il était décourageant de voir la grande majorité des membres de la fédération, y compris les entraîneurs de l'équipe nationale, se lever et applaudir Luis Rubiales vendredi dernier alors qu'il prononçait un discours dégoûtant et sexiste qui justifiait une agression en blâmant la victime.

Nous ne devons pas être surpris. C’est une structure mafieuse commune à l'ensemble du football international à laquelle nous sommes confrontés. La FIFA, qui a été obligée d'intervenir pour écarter Rubiales suite à ce scandale, n'agit pas pour défendre les intérêts des footballeuses mais pour préserver ses propres intérêts. Il est clair que les droits fondamentaux des personnes ne comptent guère pour eux, comme l'a montré la dernière Coupe du monde organisée au Qatar. Le gouvernement dictatorial de ce pays a acquis les droits d'organisation en versant des pots-de-vin à des officiels de la FIFA. Ces dirigeants se moquent éperdument du sport ; la seule priorité de la Fédération espagnole ou de la FIFA est l'argent, ce qui nuit à tout ce qu'ils touchent.

Malgré l'ampleur du tollé des femmes, le silence de leurs homologues masculins est assourdissant, à l'exception honorable de Borja Iglesias, Oscar Trejo et Héctor Bellerín. Les salaires démesurés ont fait des footballeurs une classe privilégiée, isolée dans sa propre bulle. Ils ont été formés depuis l'adolescence à ne pas se mêler des affaires qui dépassent le cadre du football, développant souvent des idées réactionnaires et un sentiment d'impunité. En témoignent les nombreux cas de viols et d'abus sexuels qui ont été révélés, qu'il s'agisse de joueurs célèbres comme Dani Alves ou de clubs moins connus comme Arandina.

Les événements malheureux auxquels nous avons assisté récemment, comme la tentative de création de la Super League, les contrats avec des régimes dictatoriaux qui ne respectent pas les droits humains fondamentaux, les affaires de corruption, les agressions sexuelles, etc. sont le résultat de la marchandisation du football. Quelques individus privilégiés ont dénaturé un sport issu des masses, et ce dont nous avons besoin, c'est non seulement de remplacer les dirigeants, mais également de réformer complètement ces structures en faveur d'associations démocratiques et populaires qui œuvrent pour le bien commun plutôt que pour les intérêts d'une minorité.

La double oppression des travailleuses

Le traitement discriminatoire subi par les footballeuses reflète, à un autre niveau, les conditions d'inégalité vécues par les femmes de la classe ouvrière dans notre vie quotidienne. Nous subissons également des attitudes sexistes, des maltraitances et même des agressions sur notre lieu de travail. Il est considéré comme normal que les femmes soient reléguées aux postes et conditions les plus précaires tout en étant tenues d'accomplir leurs tâches avec un zèle égal ou supérieur à celui de leurs homologues masculins. Nous endurons et tolérons ces situations par peur de perdre notre emploi, de subir des contraintes ou des menaces, et d'être stigmatisées par nos collègues. C'est de cela qu’il s’agit lorsqu’on parle de l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes, et il sert les intérêts capitalistes.

La division des travailleurs à travers l'imposition de conditions différentes contribue à aider les capitalistes à maintenir des salaires peu élevés pour les deux genres, tout en affaiblissant notre capacité de négociation collective en tant que classe ouvrière. En outre, elle alimente les conflits entre les genres au sein de notre classe, tout comme ils le font avec la race. Tout cela permet de maintenir l'ordre social qui soutient les énormes profits des entreprises. À la base de cette pyramide, les femmes de la classe ouvrière sont doublement opprimées. Au XXIe siècle, les femmes subissent encore des attitudes misogynes de la part de leurs supérieurs qui minimisent également un type d'oppression présent dans toutes les sphères sociales.

L'agression de Jenni Hermoso par Rubiales a déclenché une colère sociale qui condamne ce type de comportement. Lors de nombreux matchs de football, on peut entendre des chants hostiles dirigés contre Rubiales et la fédération. Ce mouvement a fait pression sur des personnalités politiques, culturelles, sportives et même sur les médias, qui ont d'abord traité l'affaire comme un « incident », mais qui sont désormais contraints de prendre position contre ces actions. Cette vague de solidarité révèle que de larges pans de la classe ouvrière commencent à réagir et à brandir l'étendard d'une véritable lutte des classes.

S'organiser pour dépasser ce système

Seule une société libérée de l'exploitation, qui éradique les différences de classe, éliminera l'inégalité entre les genres à tous les niveaux, y compris dans le sport, ce qui nous conduira vers la véritable liberté.

En attendant, nous ne pouvons pas fermer les yeux ; nous devons nous joindre à toutes les manifestations qui réclament le retrait de Rubiales et de tous les éléments réactionnaires du monde du sport. Chaque fois qu'un groupe opprimé est confronté à une agression, nous devons nous organiser et intensifier notre résistance.

Le temps viendra où l'acte essentiel pour démanteler ce système injuste passera par notre capacité à remplacer les injustices que nous voyons autour de nous par un système régi par le principe « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ».



Notre revue

Révolution 49 layout 2 page 001 
 

 

Facebook