Une chasse aux sorcières est en cours dans le Parti travailliste britannique (Labour). Pour rappel, son aile droite en a repris la direction après la défaite du parti – alors dirigé par Jeremy Corbyn, de l’aile gauche – aux élections générales de 2019. L’aile droite avait d’ailleurs largement contribué à cette défaite : elle avait ouvertement saboté la campagne électorale du Labour.

Elu à sa tête en promettant de garantir « l’unité » du parti, le droitier Keir Starmer a, sans surprise, fait exactement le contraire : il a immédiatement lancé une purge contre l’aile gauche. Il veut reprendre en main le Labour et montrer à la bourgeoisie britannique qu’elle peut compter sur lui pour défendre ses intérêts.

Cet été, la purge s’est accélérée avec l’adoption de mesures d’exclusions collectives visant plusieurs organisations de gauche au sein du Labour, et en particulier nos camarades de la section britannique de la Tendance Marxiste Internationale, organisée autour du journal Socialist Appeal. Ce n’est pas un hasard : nos camarades ont été en première ligne de la lutte engagée, au sein du Labour, contre la ligne droitière de Starmer. Ce dernier, par exemple, a été incapable de critiquer sérieusement la gestion catastrophique de l’épidémie par le gouvernement conservateur de Boris Johnson. Ces derniers mois, l’opposition interne à Starmer est montée en puissance, et nos camarades ont joué un rôle clé dans ce processus.

Des adhérents du Labour en sont donc aujourd’hui exclus parce qu’ils sont membres de la TMI – ou, tout simplement, parce qu’ils ont partagé un article de Socialist Appeal sur les réseaux sociaux. Même le célèbre cinéaste Ken Loach a été exclu du parti parce qu’il refusait d’approuver cette purge !

Cependant, cette chasse aux sorcières a suscité un mouvement de solidarité envers nos camarades dans la base du parti et du mouvement syndical. Par exemple, le syndicat UNITE, qui compte un million et demi de membres, a condamné sans appel la purge visant les marxistes et l’aile gauche du parti en général.

Nos camarades résistent avec acharnement contre toutes les mesures d’exclusion, sans cesser un instant de critiquer la politique désastreuse de Starmer. Cette purge des marxistes est vouée à l’échec, comme le furent toutes les tentatives passées d’exclure le marxisme du mouvement ouvrier. Comme l’écrivait Victor Hugo :

« Nul ne peut arrêter une idée dont l’heure est venue ».

Notre revue

Révolution 39 layout 2 page 001
 

 

Facebook