Contrairement à ce qu’affirment François Hollande et son gouvernement, l’intervention de l’armée française au Mali n’a rien à voir avec les prétendues « valeurs de la France », les « droits de l’homme » ou d’autres préoccupations « humanitaires ». Il s’agit d’une intervention impérialiste visant à protéger les intérêts des multinationales françaises dans la région.

Le terrorisme islamiste sert d'excuse pour détourner l'attention des intérêts géostratégiques et économiques de la région (AREVA et l'uranium au Niger). D'ailleurs le Mali est le troisième producteur d'or en Afrique et on y trouve aussi de l'uranium (gisements de Faleas et de Gao).

Loin de « lutter contre le terrorisme », cette intervention militaire fera le jeu des groupes fondamentalistes implantés en Afrique du Nord. L’agression impérialiste de la Libye, en 2010, a renforcé l’armement des fondamentalistes. La soi-disant instabilité dans cette partie de l'Afrique est fondamentalement à cause de la misère, des inégalités et de la corruption qui font parti intégral du système néo colonial.

Le mardi 15 Janvier 2013, les principaux ministres du gouvernement belge se sont réunis en Comité ministériel restreint à propos de la situation au Mali. Deux jour plus tard, les 27 ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont donné leur feu vert à la mission européenne de formation de l’armée malienne (appelée EUTM Mali). La Belgique apportera un soutien logistique à cette interv ention (deux avions de transport C130 et deux hélicoptères). Ce coût ne pose aucun problème au moment ou on sabre pour des millions d'euros dans les budgets de  santé, d'éducation, etc.


Les partis de gauche et le mouvement syndical doivent condamner cette intervention et exiger le retrait des soldats français engagés au Mali et l’arrêt du soutien financier et logistique à cette aventure impérialiste. Les peuples de la région n’ont rien de bon à attendre de cette nouvelle aventure militaire. Ce sont les impérialistes qui, depuis des décennies, sèment le chaos, la misère et la désolation sur le continent africain. Ils ne peuvent pas être à la fois le problème et la solution. Seule une mobilisation des masses africaines, contre le capitalisme et l’impérialisme, leur ouvrira un avenir digne de ce nom.


Nous en appelons à :


Non à l'implication belge dans la guerre au Mali !
Non à la guerre imperialiste!
Une manifestation nationale avec une mobilisation syndicale contre le gaspillage des millions d'euros pour soutenir une aventure imperialiste!

Notre revue

Révolution

Facebook