La dernière année a vu une explosion du mouvement écologiste. Avec le mouvement mondial de grèves étudiantes et de manifestations de masse pour la planète lancé par Greta Thunberg, toute une génération a pris goût à l’action politique, et comprend qu’il faut changer les choses. C’est dans ce contexte qu’Extinction Rebellion (XR) a touché une corde sensible.

Pour beaucoup de jeunes et de moins jeunes, l’urgence de la situation impose le recours à des solutions drastiques, et ils sont donc séduits par les coups d’éclats réalisés par le groupe et par son appel à une action immédiate pour sauver notre planète. Mais les méthodes d’XR sont elles ce dont le mouvement pour le climat a besoin? Que revendique XR exactement?

La désobéissance civile

Extinction Rébellion, qui se décrit comme « un réseau international apolitique qui se sert de l’action directe non violente pour persuader les gouvernements de prendre les mesures adéquates pour répondre à l’urgence climatique et écologique », a été lancé au Royaume-Uni en octobre 2018. Depuis, le groupe a réussi à se positionner comme LE groupe à rejoindre pour les jeunes souhaitant lutter contre les changements climatiques. D’une première « Rébellion pour le climat » en avril dernier, qui a à peine dépassé les frontières britanniques, l’organisation s’est propagée à travers le monde en quelques mois. Elle a appelé en octobre dernier à une « Rébellion internationale », qui a touché 60 pays et qui l’a propulsée au sommet des manchettes.

Il faut dire que XR comble un vide politique. Le groupe fait changement par rapport aux ONG écologistes comme Greenpeace et le WWF, qui ne sont plus que des machines à sous dont les actions dérisoires ne servent qu’à justifier leur existence. Les partis de gauche peinent à adapter leur discours à l’état d’esprit radical et au sentiment d’urgence qui règnent chez les jeunes. Quant aux syndicats, ils délaissent encore pour la plupart le mouvement climatique. Avec son approche fondée sur la « désobéissance civile », XR a su canaliser cette volonté de lutter qui règne au sein de la jeunesse.

Au cours de la « Rébellion d’octobre », les militants XR ont organisé des actions directes dans à peu près toutes les grandes villes occidentales. Ils ont tenu des blocages de ponts et de routes à Montréal, Londres, Paris et Sydney, notamment, des actions symboliques comme des « die-in » à New York et ailleurs ou encore des occupations à Paris, Berlin, La Haye et d’autres villes. Ces actions avaient souvent pour but explicite de mener à des arrestations. En entrevue avec Libération, Roger Hallam, le cofondateur du groupe, expliquait ainsi cette stratégie : « […] Quand les gens enfreignent la loi, il y a des probabilités que cela crée un débat public et que l’on parle de la contestation sociale. Les activistes vont être respectés car les gens verront à quel point ils sont engagés dans la préservation de l’environnement puisqu’ils sont prêts à être arrêtés. »

Au-delà de la politique

Mais qu’est-ce que XR souhaite accomplir avec cette désobéissance civile? La section « Notre stratégie » de son site Web affirme vaguement : « Nous encourageons des actions de désobéissance civile de masse en public et à la vue de tous. Cela signifie des perturbations économiques pour ébranler le système politique actuel et des perturbations civiles pour accroître la sensibilisation » (notre traduction). Toutefois, on ne précise pas quel changement politique doivent apporter ces « perturbations », ni ce qui devrait être fait une fois que tout le monde sera sensibilisé. Les trois revendications du groupe sont que le gouvernement dise la vérité sur la situation climatique et écologique, qu’il agisse maintenant, et qu’il crée une « assemblée citoyenne ». Rien sur comment le gouvernement devrait agir pour régler la crise climatique.

C’est que, rappelons que XR se décrit comme « apolitique », ou « au-delà de la politique », comme l’affirme le site Web britannique. C’est-à-dire qu’il évite de s’associer à un parti ou à une idéologie particulière, dans le but d’attirer une base d’appuis aussi vaste que possible, sans s’aliéner personne.  « Tout le monde est bienvenu, peu importe son origine ethnique, sa race, sa classe, son genre », etc. (nos italiques). Selon Ronan Harrington, coordonnateur du groupe de stratégie électorale de XR Royaume-Uni, rester neutre donne « la possibilité à tous les partis de se battre pour répondre à nos demandes ». Voilà pourquoi XR a invité l’ancien eurodéputé conservateur Stanley Johnson – le père du premier ministre britannique Boris Johnson (!) – à s’adresser à une manifestation à Londres lors de la Rébellion d’octobre. Celui-ci en a profité pour soutenir, très sérieusement, que Margaret Thatcher est la fondatrice du mouvement environnemental britannique. Harrington affirme : « Il s’agit de la première crise vraiment partagée par toute la planète. Il ne peut y avoir de solution de gauche. »

En pratique, comme la grande majorité des personnes souhaitant se battre pour les idéaux de XR appartiennent à la gauche, cela signifie que le groupe se trouve surtout à censurer les messages trop à gauche. The Economist rapporte que l’équipe média efface les Tweets trop politiques qui se faufilent sur le compte XR, par exemple un qui disait « Ce mouvement est notre meilleure chance de renverser le capitalisme ». En France, des gilets jaunes ont été choqués de constater que des membres de XR avaient effacé des graffitis dénonçant les violences policières. Ainsi, cette politique donne lieu à des absurdités comme l’interdiction de créer des sous-groupes XR socialistes, alors que sont permis les sous-groupes XR de policiers et de propriétaires d’immeuble.

Selon Harrington, « il n’y a pas de vrai ennemi ». « Il ne servira à rien à long terme de blâmer et de dénoncer », affirme le site Web. Pourtant, les responsables de la crise climatique sont identifiables. Ils se trouvent dans les partis politiques bourgeois et siègent sur les conseils d’administration des grandes entreprises et des banques. Cet apolitisme revient donc en pratique à offrir l’impunité aux coupables en échange de leur appui. Pas étonnant alors que XR soit capable d’aller chercher autant de soutien chez les millionnaires et les milliardaires. En fouillant dans les documents financiers mis en ligne par le groupe, on constate que son plus gros donateur individuel – à hauteur de 323 000 livres sterling – est le Climate Emergency Fund, une ONG fondée par Rory Kennedy, fille du sénateur américain Robert Kennedy, Aileen Getty, héritière d’une fortune pétrolière, et Trevor Neilson, un investisseur « philanthrope » proche de Bill Gates. Un autre donateur majeur est le milliardaire gestionnaire de fonds spéculatif Chris Hohn et sa fondation, The Children’s Investment Fund Foundation.

En fait, bien que XR se prétende « apolitique », le groupe a une attitude tout à fait politique envers l’État : il refuse de le remettre en question, lui, la caste de politiciens au pouvoir, et leurs chiens de garde dans la police. XR affirme ainsi : « Nous adoptons une approche par laquelle nous ne blâmons pas ni ne dénonçons la police […]. Notre vision pour Extinction Rébellion est de placer l’amour au centre du changement. Ainsi, certaines personnes chez Extinction Rébellion pourraient choisir d’exprimer leur gratitude envers les policiers. » Lors d’un rassemblement en mémoire d’Adama Traoré, tué en 2016 par la police française lors d’une arrestation, des militants XR ont déployé une banderole indiquant « Uni-e-s contre toutes les violences » – une façon honteuse de mettre sur un pied d’égalité la violence raciste systémique de la police et la violence isolée de certains groupes opprimés contre la police!

La grande revendication politique de XR, l’assemblée citoyenne, démontre bien cet aplaventrisme devant l’État. Il suffit de lire le « Three demands bill » (le « projet de loi des trois revendications »), que la section britannique souhaite faire adopter par le Parlement, pour le comprendre. Ce projet de loi prévoit que l’assemblée citoyenne soit créée par le gouvernement, et elle possèderait à peine plus qu’un pouvoir de recommandation. On laisse donc aux mêmes politiciens qui n’ont rien fait devant l’urgence climatique le soin de créer cette assemblée soi-disant à la source d’un changement radical et d’écouter ses recommandations si ça leur chante. Cela n’a rien d’apolitique!

L’appui des travailleurs, pas des millionnaires

En réalité, la majorité de ses militants et sympathisants se considèrent certainement de gauche, et cela se reflète dans certaines déclarations. Le groupe affirme avec raison : « On ne peut pas se fier sur le gouvernement pour régler les problèmes de la planète. Il tend à concentrer le pouvoir et la richesse entre les mains d’une poignée d’individus privilégiés […]. » Ses « Dix principes » contiennent plusieurs autres dénonciations justes, par exemple lorsqu’il est dit que « le monde est profondément inéquitable, avec la richesse et les leviers du pouvoir qui se concentrent entre les mains d’une petite minorité », qu’un « changement complet de système est nécessaire », ou encore que « les médias [sont] acquis aux intérêts des riches et des entreprises qui nous exploitent ».

Ces éléments des « principes » d’XR pointent dans la bonne direction. En vérité, la lutte contre les changements climatiques et pour la protection de la planète doit nécessairement être une lutte contre le capitalisme, contre la minorité qui s’enrichit par l’exploitation éhontée de la nature et des travailleurs. Les capitalistes n’ont aucun intérêt à miner leur propre pouvoir et les richesses qui sont à sa source. Mais la critique des gouvernements, des médias et de la minorité riche contraste totalement avec la volonté de la direction d’XR d’appâter les millionnaires et les politiciens de droite. En réalité, l’attrait qu’une partie de la classe dirigeante ressent soudainement envers le mouvement écologiste provient de la nécessité de l’orienter vers des canaux inoffensifs pour sa position dominante. En leur ouvrant la porte, XR ne fait qu’inviter les renards dans le poulailler.

La crise climatique va nuire particulièrement aux travailleurs et aux populations pauvres et opprimées. Ils ont donc tout intérêt à lutter contre les changements climatiques et à instaurer un système socio-économique qui mette fin à l’exploitation de la nature et des humains. De plus, la classe ouvrière, parce qu’elle a comme fonction essentielle de faire rouler l’économie, possède une immense puissance. Sans elle, pas de nourriture, pas d’électricité, pas de transport, pas de communication, pas de production. C’est donc sur elle que le mouvement pour la planète devrait se fonder.

XR affirme que ses actions de désobéissance civile visent à sensibiliser la population. Mais la population est déjà sensibilisée. Il n’y a plus qu’une poignée de déments qui nient les changements climatiques. Les « grèves pour le climat » de Greta Thunberg ont mobilisé des millions de gens à travers le monde, dont 500 000 à Montréal le 27 septembre, ce qui en a fait le plus gros mouvement mondial depuis les manifestations contre la guerre en Irak. Le problème consiste plutôt à mobiliser la classe ouvrière, sur une base de classe et autour d’un programme clair. Roger Hallam affirme que « la désobéissance civile de masse, c’est le moyen le plus efficace pour engendrer un changement au niveau politique ». En un sens, cela est vrai. L’action de masse de la classe ouvrière, comme les grèves, peut élever la conscience des travailleurs et leur donner confiance dans la lutte contre les patrons. Mais lorsqu’une poignée de militants XR bloquent un pont en pleine heure de pointe, comme à Montréal, ou des transports en commun, comme c’est arrivé à Londres, cela ne fait qu’aliéner précisément les gens qui doivent être convaincus de se joindre à la lutte. Aussi courageuse soit une telle action, sachant qu’elle mènera à une arrestation, cela ne fait rien pour éveiller chez les masses de travailleurs et de jeunes la confiance en leurs propres moyens. Cela ne peut que leur donner l’impression que le mouvement climatique est mené par une poignée de hippies déconnectés qui se foutent des gens ordinaires.

Pour gagner la classe ouvrière, il faut la convaincre que la lutte pour la planète touche directement ses intérêts. Un programme socialiste permet justement de lier les intérêts des travailleurs à une baisse des émissions de carbone : en expropriant les immenses richesses des parasites au pouvoir, nous pourrions investir massivement dans le développement des transports en commun gratuits et de qualité; la construction de logements sociaux écoénénergétiques; le développement de sources d’énergie renouvelables à faibles coûts pour les consommateurs; la nationalisation et la transition des industries polluantes vers des technologies vertes, avec formation professionnelle payée pour les travailleurs touchés, etc.

Au lieu des actions directes d’une minorité, il faut la participation active de toute la classe ouvrière. Celle-ci doit prendre contrôle de l’ensemble de l’économie, qui est à la source de la destruction environnementale, et l’organiser de façon démocratique et écologique, pour combler les besoins de tout le monde et non la soif de profits des capitalistes. Pour que la rébellion soit digne de ce nom, elle doit viser à renverser le système capitaliste.

Notre revue

Afbeelding kan het volgende bevatten: 6 mensen, lachende mensen, tekst

Facebook