Lorsque la pandémie a frappé au début de l’année 2020, l'économie s'est arrêtée net et nous sommes entrés dans la plus grande récession depuis la Seconde Guerre mondiale.

L'État avare

Jusqu'à récemment, l'austérité était le mot magique pour tous les États capitalistes. L'exemple le plus flagrant a été la destruction du stock stratégique de masques buccaux sur les instructions du cabinet de la ministre Maggie De Block. Une partie, mais certainement pas la totalité, de ce stock avait été endommagée. Comme le domaine militaire de la caserne de Belgrade, où ils étaient stockés, allait être vendu, le cabinet a donc décidé de tous les détruire. Il était moins coûteux de s'en débarrasser que de les stocker ailleurs. Cela s'est produit en 2018. Le réapprovisionnement du stock était prévu, mais en 2020, lorsque la pandémie a éclaté, il n'avait toujours pas été effectué. En conséquence, les personnes prises en charge ont dû se rendre au travail sans la protection la plus élémentaire. Cette situation était particulièrement pénible dans les centres de soins résidentiels, où elle a été responsable de milliers de décès évitables au cours de la première vague.

L'État généreux

Lorsque l'ampleur de la catastrophe économique est devenue évidente, les États capitalistes sont soudainement passés du statut de mauvais payeurs à celui de pères Noël. Déjà en 2020, les banques centrales capitalistes ont pompé mille milliards de dollars (880 milliards d'euros) dans l'économie pour éviter un effondrement total, dont un multiple est arrivé dans les années suivantes. C'est un autre visage de l'État capitaliste. Lorsque l'effondrement total menace, l'État autrefois réticent se transforme en entreprise capitaliste, maintenant l'économie à flot. Bien sûr, une partie de ces milliards a également été dépensée pour les populations (du moins dans les pays riches) afin de protéger leur pouvoir d'achat. Mais la majeure partie de l'argent a été dépensé pour les entreprises, qui auraient autrement fait faillite ou refusé d'investir. C'est notamment le cas du soutien aux entreprises pharmaceutiques, qui ont reçu d'importantes subventions pour développer un vaccin contre le COVID, presque sans risque pour elles.

Il serait faux d'attribuer tous les phénomènes ci-dessus au Covid. Le capitalisme traverse une crise fondamentale depuis des décennies. Une récession s'annonçait ; la pandémie n'a fait que l'aggraver. Mais l'État n'est pas le seul à basculer d'un extrême à l'autre en raison de la crise.

De la méfiance à la nouvelle conscience

Une grande partie de la population a le sentiment intuitif que quelque chose de fondamentalement mauvais se passe dans la société. Mais cela ne signifie pas qu'ils tirent immédiatement les bonnes conclusions. Aussi une partie de la classe ouvrière est désorientée. Même avant cela, des monstruosités capitalistes comme Donald Trump et Boris Johnson ont pu se présenter avec un certain succès comme défenseurs des travailleurs. La pandémie a donné un nouvel élan à ces tendances, avec le mouvement antivax et les innombrables théories du complot. 35 000 manifestants à Bruxelles à une manifestation ‘Pour la liberté’, ce ne sont pas de petits chiffres. Malheureusement, ces manifestants étaient au mieux très confus et au pire des rabatteurs d'extrême droite. De plus, le principal slogan de cette manifestation, "Liberté", est totalement erroné dans ce contexte. La liberté d'infecter son prochain ? La liberté d'ignorer les connaissances scientifiques, même si elles sont imparfaites ?

Il y a aussi quelque chose d'autre qui se passe au plus profond de la société, à savoir la fierté d'une partie importante de la population active d'avoir été « essentielle » (alors que d'autres ne l'étaient pas ; banquiers, patrons, actionnaires, chefs de gouvernement, etc.) et de n'avoir rien ou presque rien obtenu en retour. Cette prise de conscience est à la base d'importantes grèves chez Volvo, Arcelor, dans le secteur de la chimie, dans le secteur de la distribution (Aldi, Lidl), au retour de la croissance économique. La première grève de 24 heures en 11 ans dans l'enseignement francophone a également vu le jour "grâce" à cette expérience. Il s'agit d'une conscience de classe accrue ou, comme le dit Hedebouw, d'une « nouvelle conscience de classe ».

Défendre la science

Le fait qu'un vaccin efficace contre le COVID ait été découvert en un an montre les possibilités offertes par la science moderne. Il est difficile d'imaginer les désastres qui auraient englouti le monde sans ces vaccins. Les marxistes défendent la science contre toutes les formes d'obscurantisme et de théories du complot. Mais en même temps, nous disons que le capitalisme a complètement détruit ces réalisations scientifiques. Toutes les sociétés pharmaceutiques existantes ont travaillé frénétiquement au développement d'un vaccin. Dans une première phase, cela était inévitable, car personne ne pouvait prédire à l'avance quel vaccin serait le plus efficace. Mais après un an à un an et demi, c'est devenu plus clair. Dans une société socialiste, toutes les connaissances seraient alors partagées, de sorte que toutes les entreprises pourraient passer à la production de masse de certains des vaccins les plus efficaces. Si nécessaire, de nouvelles unités de production seraient mises en place pour vacciner le monde entier le plus rapidement possible. Or, aujourd'hui, toutes les firmes s'obstinent à protéger la composition de leur « propre » vaccin, ce qui limite automatiquement la production. Les États font de même. Le modeste appel de Biden à une suspension temporaire des brevets sur les vaccins a été bloqué par l'Europe. Le résultat est que seuls les pays riches ont reçu suffisamment de vaccins. En Afrique, seule 5 à 6 % de la population a été en moyenne vaccinés. C'est non seulement scandaleux, mais cela ouvre également la porte au développement de nouvelles mutations qui peuvent infecter le reste du monde. Parallèlement, les bénéfices de Pfizer - le plus grand producteur de vaccins - devraient doubler pour atteindre 81,2 milliards de dollars en 2021. Les énormes quantités d'argent que les banques centrales ont injectées dans l'économie mondiale ont contribué à créer de l'inflation. En particulier, l'incroyable hausse des prix de l'énergie met de nombreuses familles en difficulté. Pour les fournisseurs d'énergie, en revanche, c'est la fête. Bénéfices en 2021 : Engie 3,7 milliards, TotalEnergies 14 milliards, Exxon Mobil 20,5 milliards, BP 6,7 milliards, Shell 18 milliards.

Avons-nous besoin de plus de raisons pour jeter ce système inefficace et injuste au rebut ?

Notre revue

 
 

 Rvolution 42 layout page 001

Facebook