L’inflation n’est plus sous contrôle. Comme un tourbillon, les prix de l'énergie rongent les revenus et les économies des ménages. La forte hausse des prix de l'énergie se répercute sur tous les biens et toutes les activités économiques. Il n'y a pas d'échappatoire. Il y a douze mois, les gouvernements tentent encore de nous apaiser : l'inflation sera de courte durée et limitée, affirmaient-ils. On s'attendait aussi à ce que la pandémie se transforme en un nouveau rebond économique durable. Au lieu de cela, nous avons une guerre en Ukraine, une perturbation continue des chaînes d'approvisionnement internationales et une tempête inflationniste. Aujourd'hui, l'inflation est le sujet de discussion numéro un de la population et elle est "là pour rester". Jusqu'à récemment, l'inflation était un concept abstrait dans un manuel d’économie. L'ampleur et la rapidité de la perte de pouvoir d'achat qu'elle entraîne ont rarement été observées. Ce que nous vivons actuellement est la plus grande contraction des revenus de l'après-guerre. En d'autres termes, la plus forte baisse du pouvoir d'achat en temps de paix. Les plus pauvres des pauvres ne sont pas les seuls à se retrouver sur le grill social. Les personnes à faibles et moyens revenus sont particulièrement touchées. Les médias l'appellent à tort la « classe moyenne inférieure ». En fait, il s'agit souvent de familles avec deux revenus qui font partie de la classe travailleuse.

Insécurité sociale

Le stress et l'incertitude qu'elle engendre imprègnent cependant l'ensemble du tissu social. La conclusion du baromètre du pouvoir d'achat du quotidien Le Soir est irrévocable. « La perte de revenus est généralisée malgré l'index et les politiciens ne parviennent pas à protéger la classe moyenne inférieure ». Une famille à deux revenus avec deux enfants perd plus de 8 % de son pouvoir d'achat. Dans la vie quotidienne, cela entraîne des changements profonds dans le comportement des gens. Une étude a récemment constaté un changement dans les habitudes alimentaires. Les ventes de porc et de poulet (moins chers) augmentent donc au détriment d'autres viandes plus coûteuses. La mutuelle de santé socialiste Solidaris tire également la sonnette d'alarme : le nombre de dépressions a augmenté de moitié et une personne sur trois en souffre. Les couples ressentent également la pression : les relations s'effondrent en raison de l'insécurité et du stress accrus, selon les thérapeutes. Les CPAS croulent sous les demandes d'aide. « Aujourd'hui, on voit arriver au CPAS des ménages où Monsieur et Madame travaillent», témoigne un travailleur social. Les fonds supplémentaires ne suivent pas et les assistants sociaux ont exprimé une opposition massive à cette situation pénible. Dans les 19 communes bruxelloises, ils sont en lutte depuis de nombreuses semaines en exigeant d’urgence des moyens financiers pour leurs institutions.

Des profits obscènes

Mais tout le monde ne ressent pas la tempête inflationniste de la même manière. De gros, très gros profits sont empochés par les capitalistes de l'énergie et les géants de l'alimentation. La multinationale alimentaire Cargil, par exemple, a enregistré son plus gros bénéfice en 157 ans. TotalEnergies, le géant français de l'énergie, a doublé ses bénéfices en six mois à peine. Avec 10 milliards d'euros, l'entreprise se dirige vers une année de tous les records. Entre le deuxième trimestre de l'année dernière et le deuxième trimestre de cette année, les dividendes versés en Belgique ont augmenté de 25 %. Jamais auparavant il n'y a eu autant de milliardaires. Cette contradiction entre le passage successif, rapide et brutal d'une crise à une autre, d'une part, et l'accumulation obscène de profits, d'autre part, ne passe pas inaperçue. Elle provoque l'indignation et la colère.

De la peur à la colère collective

En tant que matérialistes, nous pensons que la conscience, en dernière analyse, est déterminée par des conditions matérielles concrètes. Marx l'a formulé comme suit : « c’est la vie qui détermine la conscience ». Cela s'applique non seulement à la conscience individuelle mais aussi à la psychologie des masses. En général, la conscience est conservatrice, très conservatrice. Elle est en retard sur les événements objectifs. Ce conservatisme « naturel » n'aime pas le changement, et encore moins les révolutions. Elle y résiste jusqu'à ce que la réalité objective s'impose irrévocablement. L'inertie dans la conscience de masse est une grande force.

Ainsi, Frederick Engels s'est plaint un jour à Marx : « Les masses sont sacrément sans vie après une si longue période de prospérité. Une pression chronique est nécessaire pendant un certain temps pour réchauffer la population. Le prolétariat sera alors mieux à même de frapper, avec une meilleure conscience de sa cause et avec une plus grande unité... » (Correspondance, 15 novembre 1857).

De grands chocs sont nécessaires pour sortir la conscience d'un long sommeil. Aujourd'hui, la classe travailleuse subit un bouleversement. Sa vision du monde est en train de changer. Un sentiment général de malaise s'est emparé de la population. Ce sentiment commence à se transformer en colère. Le Premier ministre, Alexander De Croo, a prévenu : « Nous courons un risque sérieux d'agitation sociale fondamentale » (Bloomberg, 8 septembre 2022).

Le Financial Times, porte-parole du capital international, analyse la situation comme suit : « La pression économique entraîne l'instabilité politique - et aujourd'hui, la pression économique est omniprésente ».

Personne ne peut nier aujourd'hui qu’il y a de l’électricité dans l'air. Nous ne savons pas quand la foudre va frapper. Mais tôt ou tard, nous connaîtrons une lourde décharge sociale. Au loin, on peut déjà entendre le tonnerre qui approche. C'est une particularité de la situation actuelle. Nous le voyons sous nos yeux dans les pays voisins, la France et la Grande-Bretagne. La Belgique ne va pas y échapper. La grève générale qui a eu lieu le 9 novembre en est une étape importante. Dans une telle situation, la demande de changement de l'ensemble du système va inévitablement croître.

Notre revue

 
 

 Rvolution 42 layout page 001

Facebook