Les 26 et 27 novembre avait lieu la sixième édition de l’Ecole Francophone Internationale de la Tendance Marxiste Internationale. Près de 150 militants et sympathisants de la TMI venant de Suisse, France, Québec ou Belgique ont participé à ce week-end de formation aux idées du marxisme. Une trentaine d’autres camarades suivaient l’événement en duplex depuis Montréal, au Québec.

Cette école était l’occasion de rencontrer des militants marxistes venus d’autres pays, mais surtout d’améliorer notre formation théorique. Pour nous, l’organisation d’une école n’est pas un loisir académique ou un club de discussion. Les idées marxistes sont une arme indispensable pour pouvoir comprendre le monde, et le transformer. Elles doivent donc être étudiées avec sérieux. Comme le soulignait Lénine : sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire !

L’école a débuté par une session sur les perspectives mondiales, introduite par Jorge Martin, rédacteur pour In Defence of Marxism. Le capitalisme est un système mondial : nous devons donc commencer par une analyse de la situation du monde dans son ensemble pour pouvoir ensuite comprendre la situation de chaque pays. Le constat est aujourd’hui clair : le capitalisme est plongé dans une crise profonde. L’impact de l’inflation ou de la guerre impérialiste en Ukraine n’en sont que des exemples. Le capitalisme mène le monde vers la barbarie. La seule issue ne peut être que le socialisme.

Les conséquences dévastatrices de la crise bousculent les consciences d’un nombre croissant de personnes. Partout dans le monde, la classe ouvrière et la jeunesse commencent à se réveiller et se lancer dans l’action, comme le montrent les récentes manifestations en Chine ou encore le mouvement révolutionnaire en Iran. Mais comme nous l’avons déjà souligné à de nombreuses reprises : l’enthousiasme révolutionnaire des masses ne suffit pas à lui seul pour atteindre la victoire. Il manque une direction révolutionnaire, armée des idées du marxisme, capable de se connecter au mouvement des masses et de mener les travailleurs au pouvoir. C’est la raison d’être de la TMI !

Les sept autres ateliers ont permis d’approfondir plusieurs sujets portant sur l’économie (à travers une discussion sur l’inflation), sur la situation internationale (notamment le conflit impérialiste entre la Chine et les Etats-Unis) ou encore sur la philosophie. Chacun de ces ateliers a été l’occasion de discussions enrichissantes pour tous les camarades.

Le samedi soir, une collecte était organisée pour aider à donner à l’organisation les moyens de continuer à grandir. La TMI ne fait reposer ses finances que sur les cotisations de ses membres et le fruit de leurs activités militantes. Cette indépendance financière est la clé de notre indépendance politique.

L’école s’est achevée par une session plénière consacrée à l’histoire de la TMI. Celle-ci a souligné encore une fois la leçon la plus importante tirée des révolutions du passé : pour prendre le pouvoir, la classe ouvrière a besoin d’une internationale révolutionnaire, fermement appuyée sur les idées et les méthodes du marxisme.

Cette école francophone est la plus importante que nous ayons jamais organisée. Ce succès est le fruit de la croissance de notre organisation et du travail de nos camarades. A la fin du week-end, les participants sont repartis chez eux en ayant fait le plein d’idées et d’enthousiasme révolutionnaires, prêt à construire la TMI pour qu’elle soit à la hauteur des tâches qui l’attendent.

Notre revue

 
 

 Révolution 43 layout 1 page 001

Facebook