Théorie

Cet article fut originalement publié le 12 mars 2014 sur le site web de nos camarades britanniques de la Fédération étudiante marxiste (Marxist Student Federation).

Les idées du féminisme ont traditionnellement trouvé un soutien dans les universités, et ces idées bénéficient actuellement d'un regain de popularité parmi les étudiant-es. À une époque où les idées du marxisme trouvent également un écho croissant dans le mouvement étudiant, quelle attitude les marxistes prennent-ils envers les différentes idées féministes? Jusqu'où ces écoles de pensée sont-elles compatibles? Quels sont les points de désaccord entre elles? Et qu'est-ce que cela signifie que de s'appeler une « féministe-marxiste » ?

La crise mondiale qui a éclaté en 2008 est un tournant de l’histoire, comme le fut la crise de 1929. Elle a et aura de conséquences colossales de différentes natures : sociales, politiques, diplomatiques, militaires – mais aussi idéologiques. A gauche, les eaux stagnantes des vieux programmes réformistes seront balayées par une radicalité nouvelle. Face au chaos du « libre marché », l’objectif de socialiser et planifier l’économie au profit du plus grand nombre occupera une place de plus en plus importante dans les débats du mouvement ouvrier. Ce processus idéologique adoptera différents rythmes et formes, suivant les pays. Mais partout il trouvera sa voie. Comme l’écrivait Victor Hugo : « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue ».

Le principe de l’égalité des sexes a finalement été inscrit dans la constitution belge en 2002, assez tardivement en comparaison des pays voisins. Malgré cela, discrimination salariale et sexisme sont toujours un lot quotidien pour la majorité des femmes. Comment mettre fin à l’oppression des femmes ?

Les idées de Marx n’ont jamais été aussi pertinentes qu’aujourd’hui. C’est ce que prouve, à elle seule, la soif de théorie marxiste qui existe de nos jours. Dans cet article achevé en juin 2013, Alan Woods s’intéresse aux principales idées de Karl Marx et à leur pertinence face à la crise actuelle.

L’inégalité et la concentration du capital

L'Amérique Latine.

La situation dans les BRICS.

L'analyse de la crise en Europe

Nous publions ci-dessous l’analyse de la situation mondiale de la Tendance Marxiste Internationale (TMI). Il s’agit d’un projet de document qui servira de base à la discussion et sera amendé et soumis du congrès mondial de la TMI qui se tiendra cet été.

L’article suivant est composé d’extraits des « Perspectives Mondiales 2014 », le document d’orientation du prochain Congrès mondial de la Tendance Marxiste Internationale (TMI).

Ce texte a été rédigé par les marxistes britanniques Rob Sewell et Alan Woods, au début des années 1970. En le traduisant, nous avons conservé les références à l’économie anglaise, comme par exemple les noms des entreprises capitalistes britanniques. Seule exception : dans les exemples faisant intervenir des valeurs monétaires, nous avons remplacé la livre sterling par l’euro, de façon à ce que la démonstration soit la plus claire possible.

La question de l'Etat a toujours été une question fondamentale pour les marxistes. C'est le thème central de certains textes les plus importants du marxisme comme l'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'Etat par Frédéric Engels et le 18 Brumaire de Louis Bonaparte par Marx. Mais la meilleure explication de l'essence de la théorie marxiste de l'Etat se retrouve dans l'Etat et la Révolution de Lénine, un des écrits politiques les plus importants du 20e siècle.

 

Nous publions ci-dessous la troisième et dernière partie du Manifeste de la Tendance Marxiste Internationale (TMI) sur la révolution arabe.Pour l’essentiel, ce texte a été achevé le 14 mars dernier.

Nous publions ci-dessous la deuxième partie du Manifeste de la Tendance Marxiste Internationale (TMI) sur la révolution arabe. Pour l’essentiel, ce texte a été achevé le 14 mars dernier.

 

Nous publions ci-dessous la première partie du Manifeste de la Tendance Marxiste Internationale (TMI) sur la révolution arabe. Pour l’essentiel, ce texte a été achevé le 14 mars dernier. Nous publierons prochainement les deuxième et troisième parties.

Voici la 4ème et dernière partie des « Perspectives Mondiales 2010 », dont la rédaction a été terminée en février 2010. Ce document sera discuté lors du Congrès mondial de la Tendance Marxiste Internationale, début août, en Italie. Des militants de l'Unité Socialiste y participeront.

 

Voici la 3ème partie des « Perspectives Mondiales 2010 », dont la rédaction a été terminée en février 2010. Ce document sera discuté lors du Congrès mondial de la Tendance Marxiste Internationale, début août, en Italie. Des militants de l'Unité Socialiste y participeront.

Voici la 2ème partie des « Perspectives Mondiales 2010 », dont la rédaction a été terminée en février 2010. Ce document sera discuté lors du Congrès mondial de la Tendance Marxiste Internationale, début août, en Italie. Des militants de l'Unité Socialiste y participeront.

Voici la 1ère partie des « Perspectives Mondiales 2010 », dont la rédaction a été terminée en février 2010. Ce document sera discuté lors du Congrès mondial de la Tendance Marxiste Internationale, début août, en Italie. Des militants de l'Unité Socialiste y participeront.

Lors d’un colloque international à Barcelone, en 2003, Esteban (Sieva) Volkov est revenu sur les circonstances de l’assassinat de son grand-père Léon Trotsky, à Mexico, le 20 août 1940.

Cher camarade Valentinov,

Dans vos "Réflexions sur les masses" datées du 9 juillet, en soulevant la question de "l’activité" de la classe ouvrière vous abordez un problème-clé, celui de savoir comment conserver au prolétariat son rôle dirigeant dans notre Etat. Bien que toutes les revendications de l’Opposition tendent précisément vers ce but, je suis d’accord avec vous que tout n’a pas été dit sur cette question. Jusqu’à présent, nous l’avons toujours examinée en liaison avec l’ensemble du problème de la prise et de la conservation du pouvoir politique, alors que, pour l’éclairer davantage, il eût fallu lui réserver un sort particulier, la traiter comme une question spécifique et à part entière, caractère qu’en fait les événements se sont eux-mêmes chargés de lui donner.

trotsky.jpgLa méthode de pensée dialectique est l’un des plus importants acquis théoriques du mouvement ouvrier. Développée pour la première fois, dans sa forme matérialiste, par Marx et Engels, elle conserve aujourd’hui toute sa valeur. Les militants de gauche y trouveront une clé indispensable pour comprendre le monde, et donc pour le changer.

Le texte suivant est extrait d’un article que Trotsky a écrit en décembre 1939, quelques mois avant son assassinat par un agent de Staline. Il expose avec une remarquable simplicité les principes fondamentaux de la dialectique.

Le sujet de l’article était la nature de l’URSS. A l’époque, face à la dégénérescence bureaucratique de l’Etat soviétique, certains intellectuels « de gauche » estimaient que l’URSS était une dictature comme une autre, et qu’elle devait être considérée comme telle par le mouvement ouvrier. Trotsky luttait contre cette conception formaliste. Il considérait qu’en dépit de ses graves déformations bureaucratiques, l’URSS était toujours un « Etat ouvrier », et qu’il fallait défendre la nationalisation de l’économie soviétique. Seule la méthode de pensée dialectique, expliquait Trotsky, permet d’analyser scientifiquement une réalité complexe et contradictoire comme l’URSS, et d’en tirer les bonnes conclusions politiques.

Henry Ford aurait dit que « l’histoire est un tas d’absurdités » - autrement dit un non-sens. C’est une façon peu élégante de formuler une idée qui a gagné du terrain au cours de ces dernières années. L’illustre fondateur de l’entreprise automobile a par la suite affiné sa définition : « l’histoire n’est qu’une foutue chose après l’autre », corrigeait-il. C’est un point de vue.

Cet article a été rédigé par les marxistes britanniques Alan Woods et Ana Munoz, en juillet 2001. Nous avons décidé de le traduire et le publier pour alimenter les débats en cours, dans le mouvement revolutionaire (en France sortout), sur la question du « féminisme ». Des idées extrêmement confuses circulent sur la prétendue hostilité des marxistes à l’égard de la lutte pour l’émancipation des femmes. Nous espérons que ce texte, qui formule les idées fondamentales du marxisme sur cette question, permettra de lever un certain nombre de malentendus.

Les méthodes et la stratégie du terrorisme ne font pas partie des pratiques marxistes. Léon Trotsky répond pourquoi.

La morale est-elle universelle et existe-t-elle au-dessus des intérêts matériel? Les marxistes ont-ils une morale?
Ce texte résume le débat mené parmi les marxistes russes sur la stratégie révolutionnaire à suivre dans un pays 'arriéré'.

La question de l'Etat a toujours été une question fondamentale pour les marxistes. C'est le thème central de certains textes les plus importants du marxisme comme l'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'Etat par Frédéric Engels et le 18 Brumaire de Louis Bonaparte par Marx. Mais la meilleure explication de l'essence de la théorie marxiste de l'Etat se retrouve dans l'Etat et la Révolution de Lénine, un des écrits politiques les plus importants du 20ième siècle.