Notre lutte doit être connue. Il est nécessaire d’établir un espace indépendant où l’on puisse rassembler nos expériences. Les affiliés de la FGTB veulent autant défendre les droits de ceux de la CSC ou de la CGSLB et inversement.

Mais la condition est que nous soyons in-formés de ce qui se passe. Les libertés syndicales concernent tous les syndicats.
Pour cette raison nous lançons le site web :
www.syndicaal-pact-syndical.be

Le site web est construit comme un blog. L’objectif est que tout le monde puisse annoncer des informations sur des actions syndicales.
- Des actions ? Faites-nous le savoir.
- Une grève ? Publiez un appel de solidarité.
- Des conseils pour des formes alternatives d’action ? Partagez-les avec nous.
- Tes droits en tant que délégué sont-ils remis en cause ? Tu es à la bonne adresse.


Nous comprenons très bien qu’il n’est pas évident de toucher le grand public. Pour cela nous demandons à tous ceux qui ont au coeur notre lutte pour les libertés syndicales de soutenir notre pacte intersyndical et de le faire connaître auprès de votre base. Faites connaître note site web et apprenez à l’utilisez. Nous ne pouvons pas assez insister que :
« Les militants qui s’engagent jour après jour pour les autres représentent le coeur de l’organisation syndicale. Ne les abandonner pas à leur sort en cas de problème et assurer vous qu’ils puissent encore pouvoir défendre leur collègues »

Introduction


Tous les jours les délégués se trouvent sur la brèche pour la défense de l'emploi, le pouvoir d'achat, les droits sociaux et les services publics. Rien de neuf au fait que les patrons essayent de mettre de côté les délégués ‘embêtants’, mais la crise économique a renforcé ces pratiques. Des bureaux d’avocats spécialisés sont engagés pour licencier des délégués. Une stratégie que le patronat flamand Voka a récemment mise en oeuvre en diffusant un manuel pour casser des grèves à l’aéroport de Zaventem.

Le travail syndical est avant tout un volontariat. Nous aidons et protégeons comme repré-sentant du personnel nos collègues. Mais en dehors de l’entreprise nous continuons à combattre l’injustice qui nous entoure. Surtout dans notre temps libre, après et avant nos heures de travail. Notre engagement consiste à défendre les droits de nos collègues.

C’est pour cela que nous sommes devenus délégués. La où la lutte est menée par une délégation syndicale, on essaye de mettre fin aux libertés syndicales. La solidarité est au centre de toute résistance contre le licenciement de délégués ou lors d’une tentative de briser une grève. Ce problème nous concerne tous.

Cela fait des années que nous sommes à la recherche de méthodes appropriées afin de parer ces attaques. Des juristes font un bon travail mais eux aussi nous répondent à chaque fois : « C’est grâce à votre lutte que vous revendiquez vos libertés syndicales » Et cette lutte nous devons la mener ensemble !

Les militants qui s’engagent tout les jours pour les autres sont le coeur du syndicat. Ne les abandonner donc pas lorsqu’ils ont des problèmes et assurer vous qu’ils puissent encore défendre leurs collègues. Les structures syndicales sont bien conscientes du sérieux du problème.

Mais l’urgence est seulement compris que lorsqu’une section ou une régionale est confrontée directement et dans les faits avec une attaque contre les libertés syndicales. Entretemps c’est toujours un peu le ‘chacun pour soi’ et parfois il est trop tard pour l’action collective. Pour cela nous proposons un ‘pacte intersyndical’, au-delà des frontières des syndicats, régionales, fédérations et centrales.

Si vous voulez soutenir cette initiative faites nous le savoir en écrivant à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Nous vous demandons donc de diffuser ce pacte à tous ceux que vous connaissez dans le monde syndical. Vous pouvez aussi demander le débat sur ce pacte dans vos organes de direction.

Droit de grève

Une première partie de nos libertés syndicales est le droit à mener des actions. A l’aide d’huissiers et d’ordonnances les employeurs réussissent à briser des actions. Cela fait des années que les syndicats cherchent des méthodes pour riposter à ces attaques.

Des juristes font un bon travail mais eux aussi nous répondent à chaque fois :« C’est grâce à votre lutte que vous revendiquez vous libertés syndicales – la rue est à vous, le tribunal est aux employeurs »

Dès que nous l’on se rend compte d’une tentative de casser une action à l’aide de l’intervention des tribunaux nous ferons appel au soutien public de nos syndicats.
Cela signifie qu’un responsable fédéral de nos syndicats :
- Sois présent lors de l’action
- Fais savoir qu’il prend la responsabilité de l’action et le fait effectivement.

Nous attendons aussi qu’il aide par des conseils et des actions le secrétaire syndical responsable. Celui-ci est l’antenne et l’intermédiaire entre les travailleurs, leurs représentants et le monde extérieur. Il est n’est pas possible que nous ne puissions plus défendre nos collègues après le passage d’un huissier. Voilà pourquoi nous ne fléchiront pas face à l’intimidation des huissiers de justice et demandons à être soutenu en cela par nos syndicats.

Si les actions se poursuivent et que les délégués et leurs collègues sont empêchés d’exercer leurs droits nous demandons au secrétaire syndical concerné de mobiliser le plus haut niveau syndical par le biais d’un préavis de grève interprofessionnel ou sectoriel.

Protection des déléguès


Chaque année des délégués sont licenciés injustement. Les forces patronales, leur caisses bien remplies, achètent tout simplement via la voie juridique la protection des travailleurs.
Même en sortant gagnant du tribunal, il est très difficile de reprendre sa fonction dans l’entreprise. Tu perds ton emploi et les gens ont perdu la défense de leurs droits.

« Pour cette raison la défense des délégués commence large-ment avant que les tribunaux ne décident de notre sort. Cette protection doit venir des syndicats sous la forme de la solidarité. » Même si il est encore très tôt avant que ne commence la ‘saison des soldes’ il s’agit de donner déjà un signal clair. Nous faisons le constat qu’avant chaque élection sociale, la période pendant laquelle la protection des délégués est la plus faible, les patrons profitent de cette période de soldes pour se débarrasser de délégués ‘difficiles’.Pour éviter cela nous voulons que nos syndicats introduisent un préavis de grève qui entrera en action dés que l’on constate des abus.

Mais entre les élections sociales les délégués sont aussi licenciés. D’où l’importance de soutenir les délégués dans leur lutte. Quoi de plus normal qu’ils choisissent eux-mêmes comment mener la lutte. Mais dès qu’un délégué a choisi de mener le combat il s’agit de mobiliser massivement pour le soutenir. La population doit aussi être informée de l’injustice faite aux délégués et ses collègues. La seule façon de gagner passe par la lutte. Une lutte qui peut être gagnante en mobilisant massivement dès qu’il y a intention de licencier jusqu’à la réintégration si le tribunal se prononce dans ce sens.

Une campagne d’ampleur doit être lancée pour que la réintégration de délégués injustement licenciés et reconnu ainsi par les tribunaux puisse avoir force de loi.

Notre revue

Révolution

Facebook