Pakistan : l’armée fait disparaître sept camarades de la TMI !

Sept camarades de la Tendance Marxiste Internationale (TMI) ont été arrêtés hier à Karachi par l’armée et les Sindh Rangers, une milice d’État paramilitaire notoirement connu pour ses exécutions extrajudiciaires. Nous devons soulever cette question dans les mouvements syndicaux et étudiants du monde entier. Nous avons besoin de messages de protestation et de solidarité. Agissez maintenant !

releasepakistan7Les camarades ont été arrêtés parce qu’ils avaient rejoint une manifestation de solidarité du Pahstun Tahafuz Movement (« mouvement de protection pachtoune » – PTM) devant le Club de la presse de Karachi. Le camarade Karim Parhar de Quetta et le Dr. Aftab Ashraf de Lahore se sont également adressés aux manifestants et ont expliqué le rôle réactionnaire et brutal de l’Etat pakistanais. D’autres camarades lançaient des slogans en solidarité avec le PTM et condamnaient les atrocités de l’Etat pakistanais contre les Pachtounes dans les zones tribales et à travers le pays.

La manifestation à Karachi était organisée à l’appel des dirigeants du PTM qui, hier, se voyaient refuser le droit de tenir une réunion publique pacifique à Lahore. Certains dirigeants du PTM ont été arrêtés à Lahore la veille de la réunion, et le lieu où la réunion devait être tenue a été délibérément inondé d’eaux usées. Plus tard, les dirigeants du PTM arrêtés à Lahore ont été libérés sous la pression du mouvement, mais les dirigeants ont demandé à leurs membres et sympathisants d’organiser des manifestations dans toutes les villes du pays.

Lors de la manifestation à Karachi, les camarades de la TMI ont exprimé leur solidarité totale contre cette oppression brutale ainsi que leur soutien au PTM.

Le PTM a organisé une longue marche au Pakistan, au cours de laquelle il a tenu des réunions publiques dans de nombreuses villes du pays. Le 8 avril, une réunion publique s’est tenue à Peshawar, à laquelle ont participé plus de 150 000 personnes. Lors de cette réunion, les dirigeants ont annoncé leur prochaine réunion à Lahore le 22 avril. Les autorités étatiques ont fait de leur mieux pour empêcher la tenue de cette réunion. Des menaces ont été proférées à l’encontre des organisateurs et de tous ceux qui tentaient d’étendre leur solidarité avec ce mouvement. La réunion publique de Lahore a été un grand pas en avant pour ce mouvement qui était jusqu’à présent limité au seules régions pachtounes. Mais cette réunion pourrait s’étendre à d’autres régions du pays et des personnes d’autres nationalités pourraient s’y joindre pour partager leurs accusations contre l’Etat.

Contre toute attente, la réunion de dimanche s’est tenue avec succès et des milliers de personnes, non seulement de Lahore mais aussi d’autres villes du Pendjab, y ont participé. Les dirigeants du mouvement ont une fois de plus expliqué les incidents. Ils se sont produits dans les zones tribales, pendant de la dernière décennie.  Au cours de ces incidents, des innocents ont été tués, au nom des opérations de l’armée, tandis que les talibans et d’autres fondamentalistes islamiques étaient pleinement soutenus par l’État. Il a également été révélé que près de 4000 personnes innocentes ont été livrées aux Américains en tant que « terroristes ». Lorsque leurs familles ont essayé de les retrouver par les voies légales et officielles, ils ont été harcelés et menacés de graves conséquences. Le PTM exige la libération de 32 000 « disparus » enlevés par l’armée pakistanaise.

La section pakistanaise de la TMI et les camarades de la Progressive Youth Alliance (PYA) ont dès le début soutenu ce mouvement, qui a essayé de faire entendre sa voix dans tout le pays. La PYA a invité le dirigeant du PTM Manzoor Pashteen à Faisalabad pour le 15 avril, afin que les étudiants et les travailleurs de Faisalabad puissent lui témoigner leur solidarité. Mais les autorités de l’Etat ont annulé la réservation de la salle du Club de la presse de Faisalabad et ont menacé les organisateurs avec des annonces intimidantes. Les camarades du PYA ont alors trouvé une nouvelle salle à l’association des avocats mais qui a également été annulée à la dernière heure sous l’immense pression de l’armée pakistanaise. L’administration de l’université a également forcé les étudiants qui organisaient cet événement à l’annuler, sous la menace de l’exclusion de l’université. Les élèves étaient également menacés de devenir des « personnes disparues » s’ils n’arrêtaient pas de soutenir le PTM. A ce moment-là, la direction du PTM a décidé d’annuler l’événement et de se concentrer sur les préparatifs de la réunion du 22 avril, à Lahore.

Lors d’un autre incident, des camarades du PYA à Multan ont également été menacés et interrogés pendant trois heures par les agences secrètes du Pakistan. Ils leur ont également demandé d’annuler l’événement du 13 avril, au cours duquel ils célébraient le premier anniversaire de la mort de Mashal Khan. Lors de cette réunion, ils allaient également soutenir le PTM. Plus tard, les camarades ont transformé cette réunion en manifestation et se sont rassemblés devant le Club de la presse de Multan.

Plus tard, un camarade dirigeant de la TMI au Pakistan, le camarade Aftab Ashraf, a été approché et interrogé par les agences secrètes pendant plus d’une heure. On lui a demandé d’arrêter ses activités révolutionnaires.

Malgré toutes les menaces et intimidations, une énorme délégation de camarades de la TMI a participé à la réunion publique de la PTM à Lahore et a lancé des slogans révolutionnaires. Ils portaient également des banderoles de solidarité avec les revendications du PTM et se sont engagés à porter ces revendications aux travailleurs et aux étudiants de Lahore.

Les camarades de la TMI se sont également joints aux manifestations de solidarité à Karachi, Quetta et dans d’autres villes du pays.

A Karachi, les camarades ont été suivis par des agents des services secrets après la manifestation et ont été arrêtés avec la présence massive de personnel armé et de l’équipe de déminage. Bien que l’opération d’arrestation ait été menée par les Rangers (un groupe paramilitaire), du personnel de l’armée était également présent pour guider l’opération.

Ceux qui ont été arrêtés jusqu’à présent sont :

1) Karim Parhar, dirigeant du PTM et du RWF Quetta

2) Attaullah Afridi, organisateur de la PYA Karachi

3) Aftab Ashraf, organisateur central du RWF

4) Umer Riaz, organisateur de la PYA Islamabad

5) Zain ul Abideen, organisateur central de PYA

6) Gulbaz, organisateur du RWF Cachemire

7) Bilawal Baloch, secrétaire général adjoint du PYA Baloutchistan

Personne n’a été informé de l’endroit où ils se trouvent jusqu’à maintenant et aucune charge n’a été enregistrée contre eux. C’est la pratique habituelle de la police et de l’armée pakistanaise contre laquelle un énorme mouvement de masse a éclaté au Pakistan. Les autorités de l’Etat font de leur mieux pour écraser ce mouvement et le noyer dans le sang. Les médias corrompus du Pakistan ont jusqu’à présent boycotté cet énorme mouvement et crachent sur lui une haine venimeuse. Tous les partis politiques au Parlement sont également complices de ce crime et soutiennent l’appareil d’Etat brutal dans l’arène politique.

Rao Anwar, un policier qui a assassiné Naqibullah Mehsud – le mouvement a commencé suite à ce meurtre –, a jusqu’à présent bénéficié d’une absolution de la part de la Cour suprême du Pakistan et de toutes les autres autorités de l’Etat. Zardari, l’ancien président du Pakistan et dirigeant du PPP, dans une interview télévisée après cet assassinat, a dit que Rao Anwar était un « garçon courageux ».

Les ouvriers et les paysans du Pakistan, ainsi que les étudiants révolutionnaires, n’ont pas d’alliés dans les directions de ces partis, tandis que l’Etat brutal les écrase de toutes ses forces. Ils appellent à leurs frères et sœurs du monde entier à étendre la solidarité en cette heure critique.

Nous exigeons la libération immédiate de nos sept camarades de la TMI enlevés par l’armée pakistanaise. Leur seul crime est d’avoir exprimé leur point de vue sur l’Etat pakistanais et d’avoir soutenu le PTM devant le Club de la presse de Karachi, hier.

Nous exigeons également que les revendications du PTM soient acceptées immédiatement et que l’Etat mette fin aux atrocités qu’il commet dans les zones tribales et cesse de soutenir le fondamentalisme islamique.

Nous condamnons également les interventions impérialistes au Pakistan qui ont créé ces monstres et ont soutenu ce brutal Etat pakistanais.

Notre seule force est notre solidarité. Notre but final est d’éliminer ce système capitaliste pourri par une transformation socialiste de la société !

Vive la TMI !

Travailleurs de tous les pays, unissons-nous !

Lal Salaam !


Veuillez porter cette affaire devant votre section syndicale, la section du parti, les syndicats étudiants et les groupes d’étudiants et envoyer des messages de protestation :

A l’ambassade du Pakistan en Belgique, que vous pouvez trouver ici :

Téléphone : 02 673 80 07

Adresse mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Au Premier ministre, Shahid Khaqan Abbasi, au bureau du Premier ministre à Islamabad :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le bureau de la Police nationale :

http://www.npb.gov.pk/index.php/play-part/

Avec des copies à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.