Wikileaks est un site qui permet de publier de façon anonyme des documents confidentiels, et notamment des milliers de câbles diplomatiques récemment publiés.

La divulgation de ces mémos confidentiels des ambassades, a  provoquée une onde de choc aux États-Unis et  dans le milieu diplomatique, car ces documents révèlent la vision qu'ont les États-Unis du reste du monde. Ils donnent une belle image de la réalité derrière la façade de la diplomatie impérialiste.

Ce n'est pas la première fois que des documents diplomatiques confidentiels sont massivement rendu publics.


Le jeune gouvernement révolutionnaire russe qui arriva au pouvoir en Octobre 1917, publia ainsi tous les traités et les accords secrets du gouvernement tsariste et du  gouvernement civil de Février à Octobre 1917. Ces conventions décrivent en détail comment  les frontières de l'État et des colonies ont été redéfinies après la guerre en faveur des superpuissances. Le contenu de ces documents est en contraste frappant avec les  discours que ces mêmes gouvernements tenaient alors à leur propre peuple ou aux autres gouvernements.


Léon Trotski, en temps que commissaire du peuple aux Affaires étrangères, théorisa (en collaboration avec les bolcheviks, et surtout avec Lénine) qu'il était crucial que tout accord diplomatique soit rendu public. La nouvelle république démocratique et socialiste n'avait aucun intérêt à maintenir le secret en matière de relations internationales. La divulgation de ces accords, y compris la division du Moyen-Orient dans l'accord Sykes-Picot, a provoqué l'indignation et la fureur des grandes puissances. Comme Wikileaks, et comme d'autres, qui sont aujourd'hui cloués au pilori par les États-Unis. Nous publions en bas un texte de Trotski pour l'abolition du secret diplomatique. Comme vous pouvez le juge ce texte garde toute actualité.


Aussi dans la Séance du Soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd du 25 octobre (7 novembre) 1917, Lénine déclare : Une paix juste, immédiate que nous proposerons à la démocratie internationale trouvera partout un vif écho dans les masses prolétariennes du monde. Pour renforcer cette confiance du prolétariat, il est nécessaire de publier immédiatement tous les accords secrets. (ici) On parle des documents de la diplomatie secrète, et plus précisément des accords secrets passés par le gouvernement tsariste, puis par le Gouvernement provisoire bourgeois de la Russie avec ceux de Grande-Bretagne, de France, d'Allemagne, du Japon et d'autres Etats impérialistes. A partir du 10 (23) novembre 1917, la Pravda et les Izvestia du Comité exécutif central publièrent les documents de la diplomatie secrète. En décembre 1917, on entreprit leur édition sous forme de brochures, sous le titre de Recueil des documents secrets tirés des archives de l'ancien ministère des Affaires étrangères. De décembre 1917 à février 1918, on édita sept de ces Recueils. La publication des accords secrets eut une grande importance pour la propagande révolutionnaire dans la lutte du gouvernement soviétique pour la conclusion d'une paix démocratique, une paix sans annexions, ni contributions, pour la mise en évidence du caractère impérialiste de la première guerre mondiale.


Dans le Programme de transition en 1938, Trotski continuait à défendre la même politique : « Il faut arracher, une fois pour toutes, la libre disposition du destin des peuples des mains des cliques impérialistes avides et impitoyables qui agissent derrière le dos des peuples. En accord avec cela, nous revendiquons: Abolition complète de la diplomatie secrète; tous les traités et accords doivent être accessibles à chaque ouvrier et paysan. »

L’édicte en anglais sur la publication des traités secrets, cliquer





Notre revue

Révolution

Facebook