Syndicats

Goodyear, Air France – Appel à la solidarité internationale

L’appel ci-dessous a été traduit dans plusieurs langues et diffusé dans des dizaines de pays à travers le monde.

Le 12 janvier dernier, huit anciens salariés de Goodyear, dont cinq élus CGT, ont été condamnés à deux ans de prison, dont 9 mois ferme. Officiellement, cette peine sanctionne leur participation à la « séquestration » de deux cadres dirigeants de Goodyear, pendant 30 heures, en janvier 2014. Après 7 années de lutte contre la fermeture de leur usine, à Amiens, les salariés se heurtaient au mutisme de la direction, qui refusait de répondre à leurs revendications. En retenant les deux cadres dirigeants dans les locaux de l’usine, les travailleurs ont cherché à obtenir la discussion qui leur était refusée. Les deux dirigeants de Goodyear n’ont pas été maltraités ; ils pouvaient téléphoner ; ils avaient de quoi boire et manger.

Comment lutter pour gagner en 2016 ?

"Nous devons repartir en action. Non pas pour se retrouver tout simplement à la table de négociations, mais pour mettre fin aux mesures antisociales du gouvernement."

Ports belges et la loi Major : Un docker anversois, Ivan Heyligen, explique l’enjeu

Kris Peeters, ministre du Travail vient de soumettre à l’Union Européenne, un accord gouvernemental pour ‘moderniser’ la loi Major dans les ports belges. Mais qu’est-ce que cette loi Major ?

La signification de la manifestation du 7 octobre. Que faire maintenant ?

Le 7 octobre dernier, nous étions plus de 100.000 syndicalistes, membres d’organisations sociales et d’associations (Hart boven Hard et Tout autre chose, parmi les plus remarqués), ainsi que des personnes non organisées, à manifester dans les rues de Bruxelles.  Dans la capitale, tout comme dans les grandes villes wallonnes et flamandes, les transports publics étaient fortement perturbés suite à la grève de nombreux chauffeurs. A l’aéroport national, une grande partie des bagagistes ne s’était pas présentée au travail ce matin-là.  C’est la 17e ou la 18e fois en un an que les syndicats ont mobilisé contre le gouvernement, avec un résultat d’une densité rare, preuve flagrante que la disposition à la lutte des travailleurs est grande.

(AUDIO) Histoire de la grève générale en Belgique

Erik Demeester, rédacteur du journal marxiste "Révolution", retrace la tradition des grèves générales en Belgique.

Bilan de 6 mois de lutte syndicale contre le gouvernement de Michel I

'Ne pas pleurer, ne pas rire mais comprendre' disait le philosophe Spinoza. Après plus de 6 mois de lutte l'heure est au bilan.

Recherche d’urgence : des dirigeants syndicaux avec plus de confiance dans la lutte que dans la concertation !

Un petit bilan du nouveau plan d'action syndical à la veille de la grève générale de la CGSP.

Rejeter le pré-accord social - rebondir avec un nouveau plan d'action.

Voici le texte du tract distribué à l'assemblée générale des militants de la FGTB de Bruxelles, le jeudi 5 février 2015. 

« On a essayé de nous écraser et on a su se relever »

Ce lundi 5 janvier 2015 marquera un nouveau départ pour les ouvriers de la firme de sous-traitance de nettoyage des trains, BM&S, à l'atelier de Schaerbeek. Pour rappel ce conflit a pris fin le lundi 22 décembre 2014,  date à laquelle un protocole d'accord a été signé après 124 jours de grève. Ce dernier prévoit la réintégration, provisoirement, des 2 délégués syndicaux licenciés sur un autre site de la SNCB. Ils conserveront les mêmes conditions de travail ainsi que les mêmes horaires de prestation. La possibilité de réintégrer le site de Schaerbeek sera évaluée à la fin de la procédure judiciaire engagée contre eux. Quant aux trois travailleurs intérimaires ils sont réengagés, sur un site de la SNCB, avec un contrat d'intérimaire de 1 mois avec prolongation si l’évaluation est positive.Nul doute qu’il s’agit d’une victoire. La lutte n'est pas terminée, mais ne fait que commencer. Soyons donc sur nos gardes et restons vigilants ! A l’occasion, du dernier piquet, nous avons rencontré, Abdel, l'un des deux délégués syndicaux. Voici ce qu'il nous confiait concernant ces 124 jours...

Grève générale massive en Belgique : rien ne bougeait que ce soit par air, par route ou par eau

«C’est la grève la plus forte qui ait jamais eu lieu », a commenté Marie-Hélène Ska, la secrétaire générale du syndicat chrétien CSC. Elle a raison. L'arrêt de travail national lundi 15 décembre a sans doute été la plus «générale» des grèves générales de 24 heures dans la riche histoire belge des grèves.

Forces et faiblesses de la longue grève des nettoyeurs de BM&S

Trois mois de grève totale à l'atelier de la SNCB à Schaerbeek. Il ne faut pas être prof d’histoire pour se rendre compte qu’il s’agit d’une grève exceptionnellement longue. Durant ces trois mois, des victoires partielles ont été obtenues face au patron. Sur le terrain, les multiples tentatives de faire rentrer des briseurs de grève avec l'appui " d'amis " venus en renfort, en présence d'un huissier de justice et de la police ont été déjouées. 
 

Plus de 120.000 manifestants contre le gouvernement d’austérité ! Un tournant dans la lutte des classes en Belgique.

La première des grandes mobilisations prévues par les syndicats contre les différentes mesures d'austérité a été immédiatement un franc succès.  Plus de 120.000 personnes ont envahi les rues de Bruxelles. Ce fut une manifestation historique du mouvement ouvrier belge. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, c'est la deuxième manifestation syndicale la plus importante. La première étant celle de mai  1986 qui rassemblait plus de 250 000 travailleurs dans les rues. Elle visait les mesures d'austérité du gouvernement Martens-Gol. La principale différence entre ces deux manifestations est que celle de 1986 était le point d’orgue d’un gigantesque mouvement syndical qui comportait des grèves et des manifestations. Celle d'aujourd'hui marque le début du mouvement. Elle démontre la grande capacité des syndicats à mobiliser les travailleurs.

Premiers enseignements à tirer de la grève des 14 nettoyeurs de BM&S.

L’histoire de la grève des travailleurs de BM&S à la gare de Schaarbeek c’est d’abord celle d'une formidable solidarité.

Quelle stratégie syndicale adopter face à un gouvernement de droite?

Le gouvernement fédéral  qui se forme  sera un gouvernement DES riches,  dirigé PAR les riches et surtout POUR les riches. Pas étonnant que toutes les organisations patronales  des deux côtés de la frontière linguistique apportent leur soutien à la coalition suédoise. Trois des quatre partis réunis à la table des négociations : N-VA,  MR et Open VLD sont des représentants directs des chefs d’entreprise. Le quatrième, le CD&V, a des liens avec  le mouvement syndical chrétien: l’ACW. Ce parti est totalement soumis aux intérêts du patronat.

À propos de l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices

Le premier acte des députés fédéraux du PTB sera de déposer une proposition de loi pour interdire les licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices. Le contenu précis de cette loi n’est pas encore connu mais il ne fait aucun doute qu’elle suscitera beaucoup d’intérêt parmi les syndicalistes. ‘Révolution’ participera certainement à la campagne autour de cette revendication. Voici nos premières réflexions et propositions au sujet de cette loi. 

Le durcissement des relations sociales. Que se passe-t-il ?

Les patrons de plusieurs entreprises semblent avoir déterré la hache de guerre. Dans cette offensive, les patrons en Flandre sont en pointe. D’ArcelorMittal dans la zone du canal à Gand, en passant par Lanxess Rubber et Agfa Gevaert dans le secteur pétrochimique à Anvers jusqu’à Pauwels Sauzen en Campine, les relations entre direction et personnel se crispent.

Rencontre internationale : « L'économie des travailleurs » - Compte rendu et appréciation critique

Le but de la rencontre était d'échanger des expériences d'occupations d'usines et d'autogestion ouvrière, et de déterminer si les usines occupées peuvent être la base de l'organisation d'une nouvelle société.

Eléments pour une évaluation de la stratégie d’action syndicale

Comment construire un rapport de force pour passer à l'offensive.

La direction d’Air France s’acharne contre Francis Smaïl, délégué CGT

Francis Smaïl est un délégué du personnel CGT chez Air France à Roissy. La répression dont il est victime de la part de la direction de la compagnie est de l’ordre du récit homérique. Les nombreux épisodes qui s’échelonnent depuis plusieurs années ne peuvent être rapportés ici. Nous nous en tiendrons aux événements les plus récents.

Gelons les profits, pas les salaires.

Ford Genk, ce qui a été gagné, ce qui a été perdu.

Un bilan de la lutte contre la fermeture de l'usine automobile en Flandre.

Petite histoire des occupations d'usines en Belgique

Les grèves avec occupation des usines, une des plus récentes manifestations de cette initiative, sortent des limites du régime capitaliste “normal”. Indépendamment des revendications des grévistes, l’occupation temporaire des entreprises porte un coup à l’idole de la propriété capitaliste. Toute grève avec occupation pose dans la pratique la question de savoir qui est le maître dans l’usine : le capitalisme ou les ouvriers.’ Programme de Transition, Léon Trotsky, 1938.

« Une riposte syndicale et politique à la hauteur des attaques contre les travailleurs »

Paolo Brini est membre de la direction nationale du syndicat des ouvriers métallurgistes en Italie (la FIOM). Il était l’invité du meeting européen ‘Luttons pour gagner’ à Bruxelles le 9 mars. Dans cet entretien Paolo livre à Sofiane Azzaydi son analyse de la situation syndicale et politique en Italie.

AIP : La fin du compromis social-démocrate.

Les négociations interprofessionnelles en vue de conclure un AIP (accord interprofessionnel)  ont longtemps représenté la clef de voute de la concertation sociale. En effet, c’est à ce niveau que l’on négocie les normes socio-économiques applicables à l’ensemble des secteurs privés cela afin de pousser les secteurs faibles et de prévenir la constitution de secteurs poubelle où les conditions salariales seraient exécrables. Ces AIP sont négociés au sein du groupe de dix qui réunit les syndicats et les organisations patronales. 

Ford Genk : « Les travailleurs ont pris conscience de leur force »

Même si l’attention des médias francophones s’en est complètement détournée, la lutte se poursuit chez Ford Genk. Et la résistance des travailleurs prend des formes étonnantes, entre grèves à répétition, création d’un Comité de Grève, diminution des cadences de travail et instauration de « pauses choco ».

ArcelorMittal est à nous !

Nationalisation tout de suite, sous contrôle des travailleurs!!

Vent de panique sur la Rue de la Loi

'Patrick Humblet est professeur de Droit Social à l'Université de Gand. Il est invité régulièrment pour des formations syndicales à la FGTB et la CSC flamande. Lors d'un débat télévisé récent à la VRT (De Zevende Dag) il a pris parti pour la grève spontanée des ouvriers des entreprises sous-traitantes de Ford Genk.

'Si j'étais à leur place je monterais aussi sur les barricades'. Dans cet article il nous livre une vision critique de la 'procédure Arcelor' envisagé par des sénateurs du Parti Socialiste.'

Ford Genk : Un Comité d’Action pour garder le contrôle de la lutte

ford genk.jpgLa grève se poursuit dans les quatre usines sous-traitantes de Ford, provoquant la poursuite de la paralysie de la production dans l’entreprise. La direction de Ford tente d’empêcher la poursuite des piquets, qui mettent également en rage les directions syndicales. Un Comité d’Action s’est formé pour permettre aux travailleurs de garder le contrôle sur leur lutte.

Ford Genk : « Le référendum révèle une radicalisation des ouvriers ».

Lundi, à une courte majorité (54%), les travailleurs de Ford Genk ont accepté la proposition de reprise du travail pendant trois mois. Mais ce mercredi, des piquets de grève ont bloqué l’approvisionnement de l’usine.

Ford Genk : « Derrière le choc et le désarroi, il y a une vraie colère »

Dimanche 11 Novembre il y avait 20.000 personnes dans les rues de Genk et a été l’occasion pour les travailleurs de montrer tout à la fois leur désarroi et leur colère devant cette fermeture brutale, et leur volonté de sauver leur région. Car Genk et le Limbourg, déjà sinistrés il y a 25 ans par la fermeture des dernière mines, sont menacés aujourd’hui de devenir un véritable désert industriel après la fermeture de Ford qui coûterait au bas mot une dizaine de milliers d’emplois directs et indirects.

Contre la privatisation de la SNCB

Vous le vivez chaque jour depuis 2004 : la ponctualité des trains a fortement chuté. Le plan du Ministre Magnette pour restructurer (déstructurer !) le groupe n’améliorera certainement pas la situation…

Pour un transport public fort, soutenons les cheminots !

Soutenons les cheminots dans leur lutte pour un transport public fort. La restructuration prévue par Magnette est une manière de rendre plus belle la mariée en vue de la libéralisation du transport national de voyageurs dans le cadre du quatrième paquet ferroviaire européen.

Appel á la solidarité des syndicalistes belges avec les metallos grecs

La lutte des travailleurs dure depuis 9 mois maintenant, et a créé des élans de solidarité internationale. Maintenant ils ont besoin d'une campagne de soutien internationale!

‘Le vent commence à tourner’

Pas un important rassemblement syndical dans le pays, sans qu’apparaisse la grande banderole demandant la réintégration des 5 permanents syndicaux. L’équipe de militants du comité de soutien à du tonus. Les premiers résultats ne sont pas négligeables. Martin Willems nous fait un ‘topo’.


Permanents SETCA: la lutte continue!

Rebondissement dans l'affaire des 5 permanents de la régionale BHV du SETCa (centrale employés de la FGTB) licenciés en septembre par la direction fédérale du SETCa.

On publie le communiqué de presse  rédigé par Henri Goffin

"Le projet d’AIP est pathétique", ex-permanent SETCA

On publie la déclaration du Comité "Reintegration Now" auquel appartiennent les syndicalistes licenciés par SETCA par rapport à l'accord Inter-professionel.

SETCA BHV: Permanents licenciés prëts a reprendre le travail dés demain!

Entretien avec Martin Willems, permanent SETCa BHV licencié.

En Belgique, la solidarité avec les travailleurs français s’amplifie

Hier, 26 octobre, le dépôt pétrolier de Total à Feluy en Belgique a été bloqué par le syndicat socialiste FGTB. Les travailleurs belges de ce site de Total n’acceptent pas que des camions viennent se ravitailler et briser la grève de travailleurs français des raffineries.

Militants SETCa Industrie :"Le syndicat c’est nous"

Le soutien pour les cinq secrétaires SETCa est superbe et soutien ne vient pas uniquement des délégués et des militants. Ce soutien va de soi. Dans certaines entreprises tout les membres du personnel signent la pétition pour la réintégration. Cela nous donne une idée du mécontentement des employés du secteur industrie de BHV.

Godiva - Leçons d’une lutte dure

Les cris “Tous ensemble, Tous ensemble”, éclatent dans la salle de réunion de la CSC de Bruxelles. L’assemblée générale des ouvriers de Godiva prend fin.

Un pacte syndical pour le mouvement ouvrier belge!

Notre lutte doit être connue. Il est nécessaire d’établir un espace indépendant où l’on puisse rassembler nos expériences. Les affiliés de la FGTB veulent autant défendre les droits de ceux de la CSC ou de la CGSLB et inversement.

Lock-out patronal chez Godiva - Bruxelles

La solidarité interprofessionnelle est nécessaire! Depuis cinq semaines, 300 travailleurs luttent contre le licenciement de 90 collègues de l’atelier de l’emballage.

‘Plus de pralines chez Godiva aujourd’hui’ – Grève contre 90 licenciements

‘Mettons la direction à la porte, nous les ouvriers redresseront l’entreprise’. Le mardi 16 mars, plus de 300 travailleurs de l'usine bruxelloise de chocolat se sont mis en grève.

La bataille pour des emplois durables commence chez Opel Anvers

La lutte pour Opel Anvers va bien plus loin que la lutte la sauvegarde d’emplois menacés. Elle pose aussi la question de quelle économie nous voulons et de quel usage socialement responsable nous faisons l’innovation technologique. Ce combat n’est donc pas seulement lui des travailleurs d’Opel mais de nous tous. C’est pourquoi il mérite d’être soutenu par un front social et politique.

La direction d'Opel a échoué. C'est le temps d'une nationalisation de l'usine

Après plusieurs mois de négociations, la direction de General Motors a finalement décidée de procéder à la fermeture de plusieurs usines Opel en Europe, dont l’usine d’Opel-Anvers.

Une annonce brutale au goût amer.

Le 7 janvier 2010, l’entreprise multinationale AB InBev, premier producteur mondial de bière, a annoncée un plan de licenciement visant 10% de ses salariés, c'est-à-dire 800 travailleurs, dont 265 en Belgique.

Cette fois les patrons doivent payer! En avant vers un hiver chaud!

Cela devait arriver. Après des mois de provocations et d’attaques des patrons contre la prépension, le pouvoir d’achat et l’organisation du travail, la patience des dirigeants syndicaux a pris fin. Les travailleurs, eux, avaient déjà perdu patience depuis longtemps.

Une Europe sociale n’est pas possible à l’intérieur d’une UE capitaliste !

Une Europe sociale, solidaire et pacifique est-elle possible au sein même de l'Union Européenne? Nous ne le croyons pas.

Riposter à la nouvelle offensive contre le monde du travail

Il est plus que temps de donner une réponse socialiste aux attaques incessantes contre les travailleurs. Nous vous livrons ici une analyse des nouvelles attaques et des pistes pour une alternative.

Toujours travailler de plus en plus?

Pourquoi augmenter le temps de travail? L’offensive patronale sur le temps de travail s’appuie sur un faux bon sens: “une société doit travailler pour prospérer”.

Une enquête sur les mauvaises conditions de travail

Les résultats alarmants d’une enquête réalisée en 2002 dans le secteur manufacturier en Wallonie auprès de 800 travailleurs et 800 employeurs.

Les profits explosent !

Aux Etats Unis, en 2004, le Standard’s & Poors a révélé que tous les secteurs voient leurs profits exploser : l’énergie, les nouvelles technologies, la distribution, la pharmacie, la chimie. L'Europe n'est pas en reste non plus.

Pour une Europe sociale Ils ont dit que...

Nous laissons la parole aux fonctionnaires européens. Plus que de longues analyses leurs propos illustrent bien la vraie nature de l'Union Européenne.

Continuer à faire grève jusqu’à ce que le gouvernement plie ou tombe !

Le « Pacte de génération » n’est pas un compromis honorable. Il mérite le surnom de « pacte de dégénération » car il s’agit d’une des attaques les plus importantes sur les conditions de vie et de travail d’une majorité de la population. Pourquoi

Une vraie alternative socialiste

Le vieillissement de la population rend-elle la Sécu impayable ? Si cela dépend de l’avidité des patrons : oui. En 2005 le gouvernement de Verhofstadt a réduit de 5,04 milliards d’euro les cotisations patronales à la sécurité sociale... Maintenant il faut y ajouter 960 millions d’euro.

Le PS et le SP.a doivent choisir le camp du monde du travail

La direction du PS et du SP.a se détourne de plus en plus de sa base syndicale et ouvrière. Cela ne s’explique pas par telle ou autre personnalité à la tête des partis socialistes. La solution se trouve dans le programme du PS et sa vision de la société actuelle. Ce programme se limite à une gestion de moins en moins sociale du capitalisme. Cela s’appelle le réformisme. Dans les années 60 et 70 cette politique apportait des amélioration sociales.

A bas le pacte de ‘dégénération’ ! Grève jusqu’à ce que le gouvernement plie !

Cela fait deux semaines que la protestation sociale ne cesse de prendre de l’ampleur dans les entreprises. Après le grand succès de la grève générale de la FGTB le 7 octobre pas un jour n’est passé sans une action ou une grève contre le ‘pacte de dégénération’. La base a réussi à imposer une nouvelle grève générale aux directions des grands syndicats. Une belle preuve du grand mécontentement et de la disposition à la lutte de la classe ouvrière.

Ne pas négocier les points et les virgules

Le gouvernement a le dos au mur. Il essaye de gagner du temps. Il s’agit pour Verhofstadt d’attirer les syndicats dans des négociations sur les points et les virgules du ‘Pacte de Génération’.

Que faire après la grève d’aujourd’hui ?

Que faisons-nous si le gouvernement ne plie pas après notre grève ? Rudy Dom délégué principal de la FGTB chez Agfa Gevaert a une opinion très claire.

Grève générale sur grève générale, les travailleurs se rebiffent

Comme nous l’avions prévu, la Belgique a connu le vendredi 7 octobre une grève générale massive a l’appel du syndicat socialiste FGTB-ABVV. Elle fut la première en 12 ans. Malgré de nombreuses tentatives de vouer la grève à l’échec, cette dernière fut suivie par un grand nombre de travailleurs aussi bien Flandres qu’en Wallonie.

Appel à tous les militants CMB - NON à la division de la CMB

La FGTB Métal est menacée de division communautaire. La séparation linguistique de la centrale des métallos serait un rude coup porté à l’unité des travailleurs de ce pays. La délégation FGTB-ABVV de Volkswagen qui se trouve à la pointe du combat contre le Pacte de Génération s’oppose à cette division. Lisez et appuyez l’appel.